Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Sheikh Raed Salah dénonce un vaste plan de destruction d'al-Aqsa

Au cours d'une conférence de presse tenue dans le cadre du Forum International pour al-Quds, à Istanbul entre le 15 et le 17 novembre 2007, sheikh Raed Salah, président du mouvement islamique (branche nord) en Palestine 48 (Etat d'Israël), surnommé « Sheikh al-Aqsa » à cause de son action incessante en faveur de la protection des lieux saints et notamment de la mosquée al-Aqsa, a dénoncé le plan sioniste visant à détruire la mosquée, en illustrant ses propos par des cartes établies par les autorités sionistes.

Sheikh Raed Salah a profité de la tribune internationale qui lui a été accordée au cours de ce Forum pour mettre à jour un vaste plan de destruction de la mosquée al-Aqsa que les autorités sionistes prévoient depuis quelque temps sous le nom de « Jérusalem d'abord », lançant un appel au monde arabe et musulman, mais aussi à la communauté internationale, lui réclamant d'assumer ses responsabilités envers les lieux saints considérés comme un patrimoine de l'humanité.

Ce plan mis à jour à partir de nouvelles cartes établies par les autorités sionistes montre la destruction totale de la porte al-Maghariba, commencée dès le mois de février dernier, pour remplacer le talus et cette porte par une porte métallique située près du mur al-Bouraq (des Lamentations) reliée à un pont pouvant supporter des chars et des blindés, afin de faciliter l'entrée des troupes de l'occupation à l'intérieur de la mosquée.

Par ailleurs, un des tunnels creusés va du Dôme du Rocher en direction de la mosquée couramment appelée al-Aqsa (mosquée Qibali), qui se situe à l'extrême sud-ouest de l'enceinte sacrée. Ce tunnel devrait être équipé de façon à pouvoir supporter des troupes, en vue d'occuper rapidement l'intérieur de la mosquée, en cas de nécessité. C'est entre le Dôme du Rocher et la mosquée Qibali que les autorités sionistes comptent reconstruire le prétendu temple dont ils n'ont jamais trouvé une seule trace, depuis les fouilles qu'elles ont entreprises à partir de l'occupation de cette partie de la ville, en juin 1967.

Une autre partie de la mosquée est menacée, également, située à l'est de l'enceinte, où une porte et des escaliers vers un autre tunnel sont en cours de construction pour installer une synagogue à la place du lieu de prière al-Marwanî. Une autre synagogue est prévue à la place de la mardrasa Tankaziyya, située à l'ouest de l'enceinte de la moquée al-Aqsa. La madrasa Tankaziyya, bâtie en 1329 de l'ère chrétienne, est l'un des joyaux de l'architecture musulmane.

Le plan indique aussi qu'il est prévu de détruire une partie du cimetière Ar-Rahma, située à l'est de la mosquée, pour construire une station de téléfériques. C'est dans ce cimetière que sont enterrés de grandes personnalités musulmanes, ainsi que des compagnons du prophète. Il faut rappeler que plusieurs cimetières musulmans dans la ville d'al-Quds sont visés par les campagnes de profanation incessantes menées par les autorités sionistes. Il y a plus d'un an, se poursuivait la profanation du cimetière Ma'manillah, situé dans la partie ouest de la ville d'al-Quds, pour construire « le musée de la tolérance » sioniste. Dans d'autres lieux de la Palestine historique, des cimetières chrétiens ont également été profanés par des extrémistes juifs au cours de ces récentes années. La profanation des cimetières palestiniens, musulmans ou juifs, fait partie du plan sioniste d'effacer toute trace de présence arabe en Palestine, poursuivant le mythe d'une terre inhabitée qui attendait l'arrivée des colons européens.

Sheikh Raed Salah a également expliqué que ce plan, paru sous la forme d'un mémorandum, a été diffusé à toutes les communautés juives dans le monde, leur demandant de se mobiliser autour de lui pour le financer.

De son côté, dr. Ibrâhîm Abu Jabir, directeur du centre d'études contemporaines, situé à Umm al-Fahem, dans le Triangle (partie de la Palestine occupée en 48), a déclaré au cours d'un atelier sur la judaïsation humaine de la ville d'al-Quds, que près de la moitié de la partie orientale de la ville, occupée en 1967, a déjà été judaïsée, du fait de la construction du mur, de la colonisation, de la mainmise sur des maisons et la construction d'institutions israéliennes à l'intérieur de la ville.

Les deux parties israéliennes responsables de la judaïsation sont l'administration du développement d'al-Quds et la municipalité, qui poussent la population maqdisie à s'en aller hors de la ville ou du pays, pour ensuite confisquer ses papiers d'identité. 70.000 habitants palestiniens d'al-Quds ont été expulsés de cette manière.

Les participants au Forum ont longuement discuté des modalités d'action pour d'une part, faire connaître la situation réelle à l'échelle internationale, et d'autre part, agir pour stopper la judaïsation rampante de la ville, tout en insistant que l'intérêt porté à la ville d'al-Quds dans le monde arabe et musulman ne doit pas masquer la situation dans les autres territoires palestiniens, que ce soit en Cisjordanie et la bande de Gaza, ou dans les territoires occupés en 1948.