Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Stoppons Connex et Alstom maintenant !!

PALESTINE LIBRE

Connex et Alstom sont les investisseurs internationaux du consortium Citypass qui a remporté en 2002 l'appel d'offres des autorités israéliennes pour le projet de tramway à Jérusalem pour un montant proche de 500 millions d'euros.

Citypass sera responsable du chantier et de la maintenance du système pour les trente prochaines années. Le tracé du tramway prend en compte un certain nombre de colonies juives autour de Jérusalem-Est, construites sur des terres palestiniennes annexée. Il assurera la continuité entre ces colonies et les zones centrales de la ville et fournira un système de transport vital pour le maintien de ces colonies. Le projet se vante du fait que la station " Ammunition Hill " constituera une station clé pour le transport des colons de Ma'ale Adumim et de la vallée du Jourdain. Le projet joue un rôle clé dans la pérennité des colonies et assure leur établissement permanent sur les terres palestiniennes. Le projet - un partenariat privé/public entre le gouvernement israélien d'occupation et le consortium, est un élément fondamental de la stratégie du groupe d'affaire international pour obtenir une injection de capitale conséquente.

En retour les entreprises françaises vont récolter des profits et des dividendes importants sur une période de trente ans, argent tâché du sang et de la misère des Palestiniens qui sont actuellement expulsés de Jérusalem.

Le projet de tramway doit s'arrêter maintenant !

Le tramway est une partie intégrante des colonies, construites sur des terres palestiniennes et qui s'étendent à travers toute la Cisjordanie.

 

PALESTINE LIBRE

Connex et Alstom sont les investisseurs internationaux du consortium Citypass qui a remporté en 2002 l'appel d'offres des autorités israéliennes pour le projet de tramway à Jérusalem pour un montant proche de 500 millions d'euros. Citypass sera responsable du chantier et de la maintenance du système pour les trente prochaines années. Le tracé du tramway prend en compte un certain nombre de colonies juives autour de Jérusalem-Est, construites sur des terres palestiniennes annexée. Il assurera la continuité entre ces colonies et les zones centrales de la ville et fournira un système de transport vital pour le maintien de ces colonies. Le projet se vante du fait que la station " Ammunition Hill " constituera une station clé pour le transport des colons de Ma'ale Adumim et de la vallée du Jourdain. Le projet joue un rôle clé dans la pérennité des colonies et assure leur établissement permanent sur les terres palestiniennes. Le projet - un partenariat privé/public entre le gouvernement israélien d'occupation et le consortium, est un élément fondamental de la stratégie du groupe d'affaire international pour obtenir une injection de capitale conséquente.

En retour les entreprises françaises vont récolter des profits et des dividendes importants sur une période de trente ans, argent tâché du sang et de la misère des Palestiniens qui sont actuellement expulsés de Jérusalem.

Le projet de tramway doit s'arrêter maintenant !

Le tramway est une partie intégrante des colonies, construites sur des terres palestiniennes et qui s'étendent à travers toute la Cisjordanie.

La décision des entreprises françaises de participer au projet est un acte contraire au droit international et aux droits des Palestiniens. Construit sur des terres palestiniennes et comme une part intégrante de l'infrastructure des colonies, ce projet de tramway équivaut à un crime de guerre et constitue une sérieuse violation du droit international, notamment de la Quatrième Convention de Genève. Connex et Alstom supportent directement la politique raciste à l'encontre du peuple palestinien, exclu de leur capitale par le Mur de l'Apartheid et les routes pour colons, et supportent le projet sioniste global d'expulser les Palestiniens de leurs terres.

Beaucoup de ces routes sont aujourd'hui fermées par le Mur de l'Apartheid. Les nouvelles routes pour colons et le tramway sont construits pour poursuivre les efforts afin de rendre la vie à Jérusalem uniquement possible pour les colons juifs.

Déjà après la guerre de 1967, quand les forces d'occupation ont annexé Jérusalem, elles ont mis en place des mesures systématiques pour assurer le contrôle de la ville par des lois racistes et discriminatoires qui ont posé des restrictions à la vie des palestiniens. Le vieux quartier marocain de la Vieille Ville a été démoli. Les quartiers sionistes de la vieille ville ont été construits. Des mosquées anciennes, des sites archéologiques, et des monuments historiques ont été démolis lors des 38 dernières années. Les forces d'occupation ont changé les noms historiques de la ville par les leurs, ce qui ne constitue pas une nouvelle politique mais le même type de mesures qu'à la création d'Israël en 1948. A ce moment-là ce sont 450 villes et villages qui ont été détruits avec l'expulsion de plus de 800 000 Palestiniens (phénomène appelé la Nakba, ce qui signifie en arabe la catastrophe).

Cette même idéologie a été responsable de la confiscation de la terre à travers la Cisjordanie, ce qui est renforcé par le Mur de l'Apartheid et l'expansion des colonies. A Jérusalem, les quartiers palestiniens sont devenus fragmentés à mesure que les colonies ont été construites autour d'eux. Aujourd'hui le Mur - dont 134 km sont à Jérusalem - isole et sépare des communautés. Il déchire des villages et des quartiers, sépare des familles, coupe les liens socio-économiques et laissent les Palestiniens étouffer. Ce sont quelques 120 000 Palestiniens qui vont être forcés de quitter la ville lorsque le Mur et l'Occupation auront rendu la vie à l'intérieur de la ville impossible.

Le Mur à Jérusalem

Jérusalem est un centre d'activités culturelles, religieuses et commerciales depuis des milliers d'années. La ville reflète la diversité des cultures, une riche diversité ethnique et joue le rôle de lieu majeur pour les trois religions monothéistes. Marocains, Africains, Syriens et d'autres faisaient des pèlerinages jusqu'à la ville. Ce fut un centre pour les marchands et un point de rencontre entre l'est, l'ouest, le nord et le sud. Des institutions et entreprises religieuses, sociales et éducatives y ont prospérés. La ville a pris de l'ampleur à travers les siècles.

Les anciennes routes qui partent depuis la ville rappellent les premiers pèlerinages de toutes les religions. Les caravanes allant de Jérusalem au nord passaient par Bieroth (Aujourd'hui Al-Bireh), en passant par Shilo, par une ville Cananéene (aujourd'hui transformée en colonie) et par Shakim (aujourd'hui Naplouse). Vers l'est les toute allaient à la ville de la lune (Jéricho) et au-delà du Désert Arabe jusqu'à Babylone et même au-delà. Au sud, à travers Habron (Hebron) jusqu'à Bir el Saba, Gaza, et de là vers l`ouest jusqu'à l'Egypte des Pharaons. A l'ouest vers Jaffa sur la côte et vers le nouveau monde.

Le réseau de tramway connecte les colonies au centre de la ville, en contournant les zones palestiniennes, et en assurant la judaïsation de la ville. En août 2005, Ariel Sharon affirmait lors d'une cérémonie pour le consortium : " Je crois que cela doit être fait, de la même manière que tout ce qui peut être fait pour renforcer Jérusalem, la construire, l'étendre et soutenir pour l'éternité l'idée de Jérusalem comme capitale du peuple juif et comme capitale unifiée de l'Etat d'Israël, doit être fait. " Le maire Uri Lupolianski décrit le tramway comme " la réalisation du Psaume 122 " tandis que la municipalité de Jérusalem voit en cela la réalisation du rêve sioniste de Herzl. Les Palestiniens considèrent cela comme une stratégie pour éradiquer leur présence, leur histoire et leur culture à Jérusalem.

La campagne populaire palestinienne contre le Mur d'Apartheid et le comité national de résistance au Mur d'Apartheid ont appelé à une action immédiate contre Connex et Alstom pour mettre fin à ce soutien au projet. Il s'agit d'une action importante de solidarité pour mettre fin au soutien international contre les violations du droit international par Israël et le droit des Palestiniens.

Connex Etablie dans 24 pays avec son siège en France, la Connex fait partie du groupe Veolia. Elle a des investissements importants dans les services privés et dans l'industrie du transport. Ce sont plus de 56 000 employés et autour de 2 milliards de passagers par an.

The Wall Must Fall www.thewallmustfall.org

Détruire l'histoire et la diversité de Jérusalem

Alstom est une petite entreprisemais un acteur important dans la production des trains et du transport de marchandise à travers le monde.

Elle emploie 28 000 personnes et vend ses produits dans plus de 50 pays. Son siège est situé en France. Alstom Pendant des années Connex a activement supporté Israël avec des investissements dans plusieurs services de transports publics. Connex affirme fièrement que " Contrôler l'art du mouvement dans un esprit de service public est de fait notre premier atout. De plus, le personnel de notre entreprise a un sens profondément ancré de la responsabilité civique et de l'engagement dans la vie locale : ces deux éléments constituent notre force. "

L'entreprise décrit comment elle " adapte ses services aux besoins de la communauté " et comment ils " s'efforcent à contribuer à l'amélioration de la qualité de vie dans les endroits où nous travaillons ". Leur engagement rhétorique sur la responsabilité sociale est évident dans leur revendication à " ne pas seulement se concentrer sur la préservation de l'environnement et à la protection des ressources naturelles, mais aussi à assumer nos responsabilités sociales et économiques, particulièrement au niveau local, où nous sommes engagés dans la dynamisation du développement. "

Pour les Palestiniens de Jérusalem, " l'engagement " envers la communauté est clairement un engagement de la Connex dans un projet qui soutient et maintient une occupation militaire illégale et violente.

Le racisme du projet qui choisit de voir les colons illégaux comme " la communauté", et évite soigneusement les Palestiniens qui se trouvent actuellement expulsés de leur capitale est ahurissant. Connex et Alstom doivent être forcé à se désengager de cette complicité et de leur soutien pour un projet raciste et colonialiste.

Post-Scriptum :

Connex dans le Monde:

Australie
- Gère l'entier réseau ferré suburbain de Melbourne
- Dirige le réseau de tramway et de monorail de Sydney par un contrat de Metro Transport Sydney, et un important réseau de bus (auparavant Southtrans) dans les banlieues sud.
- Exploite la line de bus de Transit de la Côte Sud à Perth
- Connex Brisbane gère les buses en utilisant l'ancienne flotte de la Compagnie Nationale de Bus.

Belgique
- Exploite les services de bus en partenariat avec l'établissement public de Lijn.

Canada
- Connex dirige le réseau de transport de bus rapide YRT Viva dans la region de York
- Connex possède GVS et exploite les services de transport de Montréal.

Colombie
- Connex, en partenariat avec trois autres opérateurs, dirige une ligne de bus prioritaire appelée le Transmilenio system.

République Tchèque
- Plus important opérateur de bus, après le rachat en 2002 du réseau régional de Slezsko.
- Gère douze réseaux urbains de transport, trois agence de voyage et un service international ferroviaire entre la République Tchèque et l'Allemagne.

Danemark
- Exploite les bus de Copenhague et la moitié des services de Combus.

Estonie
- Le réseau de transport de la ville de Tartu.

Finlande
- La zone métropolitaine d'Helsinki Metropolitan Area par le biais de Connex Finland (auparavant Linjebuss) et Le ferry de Finnmark.
- Les bus de Tampere, Seinäjoki et Jalasjärvi ainsi que les routes express entre Tampere, Pori, Seinäjoki et Kauhajoki.

France
- Tramways, et bus à Rouen, Saint-Etienne, Nancy et Bordeaux.
- Le réseau de bus de plus de 40 villes incluant Nice et Toulon (y compris Creabus).
- Détient 60% de l'entreprise de Fret à l'aéroport Charles De Gaulle.

Allemagne
- Connex dirige huit réseaux régionaux ferroviaires incluant NordWestBahn, NordOstseeBahn, Lausitzbahn, Bayerische Oberlandbahn et InterConnex.
- Tramways Gorlitz et Berlin.

Irlande
- Tramways à Dublin sous le nom de Luas.

Liban
- Exploite la ligne majeure de bus au Liban appelée Connex Liban.

Pays-Bas
- Bus BBA buses à Noord-Brabant, Tholen et Utrecht.
- Bus Connex SBM à Stadsbus Maastricht.
- Bus de Limex (anciennement Arriva) dans le sud de Limburg.
- Les ferries rapides de BBA Zeeland (Westerschelde ferry).

Nouvelle Calédonie
- Connex a créé et dirige le réseau suburbain de bus de Noumea.

Nouvelle Zélande
- Exploite le service de navette de Auckland appelé MAXX.

Norvège
- Exploite les bus, ferries et location de voitures à travers Connex Tog AS, FFR AS, Connex Vest AS, Østerhus Buss AS et Connex Buss AS.

Pologne
- Lignes de bus à Varsovie et Tczew.
- Les transports régionaux de bus autour des villesde Kedzierzyn-Kozle, Sedziszow, Brzozow, Lancut, Sanok, Mielec, Torun, Kolobrzeg, Prudnik and Gorlice.

Slovénie
- Dirige les bus régionaux et urbains à travers les entreprises Certus et I&I.

Espagne et Portugal
- Opère par le biais d'une entreprise en joint venture connue comme FCC Connex Corporacion.
- Connex exploite aussi le tramway de Barcelone et le réseau de transport de Pampelune sous le nom de Montanesa.

Suède
- Le métro de Stockholm. et Dirige les transports quotidiens de Gothenburg à Stockholm jusqu'à Norrland et Narvik (Norvège) et la ligne de train Kinnekullebanan à l'ouest.
- Gère les ferries dans l'archipel de Gothenburg à travers une enterprise appelée Styrsöbolaget.

Suisse
- Dirige les bus urbains de la ville de Genève, ainsi qu'une compagnie charter, à travers sa filiale Dupraz Bus Genève.

Royaume-Uni
- Les autorités ferroviaires ont mis fin à la franchise de la Connex sur les chemin de fer à la fin de 2003 suite à un " faible management financier "
- Maintenant, il gère Bebb Travel, une petite enterprise galloise de bus et un opérateur de car qui exploitent des bus locaux avec des cars au nom de National Express.

Etats-Unis d'Amérique
- La filiale de la Connex MBCR exploite les services de navette de Boston sous contrat avec l'Autorité de Transport de la Bay du Massachusetts et A Los Angeles, Connex exploite le Metrolink.
- Dirige des bus à travers le New Jersey, le Maryland, la Virginie, Washington DC, les Caroline (nord et sud), le Texas, la Californie, et le Colorado (y compris Paratransit)

Source Stop the Wall

Rubriques: