Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Tawfîq Zayyâd

Né en 1929 à Nazareth, décédé en 1994 Poète; Journaliste; Critique littéraire; Nouvelliste

Il passe son enfance à Nazareth; mais c'est à Moscou qu'il étudie la littérature russe et où il traduit plusieurs auteurs. En prenant part à la lutte pour le droit des Palestiniens en Israël, il rejoint le parti communiste Rakah. En tant que maire de Nazareth et député à la Knesset, son influence est importante.

Il publie plusieurs nouvelles et aussi plusieurs poèmes qui sont comme des jalons dans la lutte palestinienne contre l'occupant.

Son oeuvre, dominée par un engagement inspiré de l'idéologie marxiste, s'inscrit dans le prolongement de la poésie mondiale de résistance. Soucieux de contribuer à la sauvegarde d'un riche patrimoine culturel, il puise aux sources populaires du folklore palestinien en y intégrant: proverbes, contes, légendes, chansons et récits populaires pour composer ses poèmes rédiges en arabe classique; ceci pour ne pas perdre la tradition orale menacée par la dispersion de son peuple. Certains de ses poèmes ont été mis en musique, devenant ainsi partie intégrante de la tradition.

Sa révolte contre l'injustice et l'enracinement dans la terre de ses ancêtres son les bases de son oeuvre.

Son dernier poème "Adnan wa Adnan Akhar" redit une fois encore son amour pour la Palestine et rend un dernier hommage à son peuple et aux enfants de l'Intifada (1994).

En 1990 il reçu la médaille Al-Qods pour la culture et les arts. Pour saluer l'écrivain et le militant, le ministère de la Culture Palestinien donna son nom à un prix littéraire.