Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Un assassin franco-israélien !!!

Décidémment, la double appartenance à la France et Israël fait des ravages.. Un nouveau crime a été commis le 14 mai, hier, à Tel Aviv.

Un Palestinien de Beit Hanina (région d'al-Quds), Tayseer Karaki, chauffeur de taxi, a été égorgé par un Israélien français de 25 ans, nouveau colon, fraîchement débarqué dans cet Etat. Le terroriste israélien, accompagné de son frère de 20 ans, a expliqué son geste par le fait que la victime était arabe...

Un nouveau crime raciste commis contre un Palestinien ! La police israélienne, bien sûr, doute de la version clairement affirmée du terroriste, expliquant son geste par pur racisme, tel que peut le produire une idéologie sioniste alliée à une idéologie coloniale française. La police israélienne veut, une nouvelle fois, faire passer ce crime pour un acte commis par un forcené. On peut parfaitement comprendre que cet assassin soit fou, pour commettre ce crime en plein jour, avec intention de le commettre aussi. En août 2005 déjà, un colon montait dans un bus se rendant à Shefa'Amr et tirait sur les passagers, parce qu'ils sont Palestiniens. A l'époque, il fut aussi taxé de folie. Les assassins de la mosquée al-Ibrahimi à al-Khalil, de la mosquée al-Aqsa à al-Quds furent aussi taxés de folie. Apparemment, tout Israélien commettant un crime hors de l'institution armée, policière ou sécuritaire, est considéré fou par un Etat qui préfère que les crimes soient institutionnalisés.

L'Etat raciste d'Israël ne peut qu'avancer l'argument de la folie pour expliquer les gestes de ceux qu'il endoctrine par le sionisme. Le sionisme affirme que la terre de Palestine appartient aux Juifs et que tout arabe palestinien doit s'en aller ou mourir. Au moment où les Palestiniens célèbrent la Nakba, l'expulsion en 1948 de près d'un million de Palestiniens de leurs terres, villages et propriétés, un Israélien a voulu exprimer la continuité de cette idéologie coloniale, raciste et négationniste, en tuant un Palestinien. Il pensait peut-être que par ce geste, il serait mieux admis dans cette nouvelle société à laquelle il a voulu adhérer, que son crime était une sorte de baptême pour intégrer l'institution coloniale.

Après le soldat Shalit, franco-israélien faisant les baroudeurs dans la bande de Gaza, voilà un nouvel exemple de l'alliance franco-israélienne, représentée par les organisations sionistes en France : celles-ci recrutent des criminels pour l'Etat d'Israël, des sortes de mercenaires dont le racisme anti-arabe les pousse à mener leurs exploits en Palestine occupée.

Ils étaient nombreux, ces mercenaires, à participer à la guerre israélienne contre le Liban, en juillet-août 2006 : sur tous les écrans français, personne ne s'étonnait de les voir là, en soldats, tuer les Arabes du Liban. Après leur été meurtrier, certains sont probablement revenus dans leurs foyers en France, avec une impunité totale comme si le fait d'aller assassiner en Palestine ou au Liban faisait partie de leur rôle de citoyens français.

L'alliance franco-israélienne s'est également manifestée lors des élections présidentielles françaises, puisqu'une grande partie des colons sionistes, franco-israéliens, ont voté pour Sarkozy et que des fêtes dans plusieurs colonies, Natanya entre autres, ont célébré la victoire de leur protégé ou plutôt de leur protecteur.

Mais il semble déjà que l'alliance franco-israélienne, institutionnelle, risque d'aller encore plus loin, puisqu'un quotidien israélien promet le soldat sioniste Arno Karsfeld à un poste de ministre dans le futur gouvernement français. Ce franco-israélien a également fait le baroudeur dans une colonie où pullulent les colons français, près de Bethlehem.

Il est temps qu'une enquête sérieuse soit menée sur ces institutions sionistes, qui recrutent les futurs mercenaires pour les envoyer à l'Etat d'Israël.

Rim al-Khatib

Rubriques: