Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Un autre moyen de vider Jérusalem des non juifs

Les autorités israéliennes d’occupation ont décidé dimanche de retirer leur droit permanent à résidence à quatre députés jérusalémites, sous prétexte de leur manque de loyauté envers Israël.

Israël révoque les droits à résidence de 3 députés et d’un ancien ministre palestiniens.

 

 

Ahmad Attoun / Mohammad Totah
Mohammed Abu Teir / Khaled Abu Arafeh

L’avocat Fadi al-Qawasmi a dit que le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a décidé de révoquer le droit à résidence des députés Mohammed Abu Tir, Ahmad Attoun et Mohammed Toutah, ainsi que de l’ancien ministre des Affaires de Jérusalem Khaled Abu Arafa.

Dans un communiqué, Al-Qawasmi a dit que la décision a été prise après que la Knesset a approuvé, en mars, une nouvelle loi qui autorise le ministre de l’Intérieur à retirer les droits de résidence à tout Jérusalémite s’il est impliqué dans les actes « terroristes » ou « anti-Israël ».

Selon Al-Qawasmi, la Cour suprême israélienne a renversé la décision de révoquer la résidence des députés jérusalémites à la mi-septembre 2017, mais en donnant une date limite au gouvernement israélien pour qu’il adopte une loi qui donne au ministre de l’Intérieur le pouvoir de retirer son droit à résidence à tout Jérusalémite.

L’avocat palestinien a qualifié la loi de « injuste » et « illégale », tout en ajoutant qu’elle s’applique rétroactivement. Il a affirmé qu’il saisira les tribunaux israéliens pour s’opposer à la décision.

Les Palestiniens de Jérusalem-Est et les Druzes des Hauts du Golan syrien sont considérés comme des résidents et non des citoyens par les autorités israéliennes. Selon la nouvelle loi, la révocation de leur droit à résidence signifie leur expulsion permanente de ces territoires.

En 2006, les autorités israéliennes ont confisqué leurs cartes d’identité aux quatre députés après les avoir arrêtés pour leur participation à une manifestation à Jérusalem occupée. Ils ont passé plusieurs mois dans les geôles israéliennes avant d’être déportés en Cisjordanie .

Photo
"Ne videz pas Jérusalem de sa population"