Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Un éminent investisseur franco-israélien se tourne vers la Chine et dit que BDS détourne les investisseurs européens d'Israël

Interview d'Edouard Cukierman, citoyen israélien qui a émigré de France et fondateur de la Maison d'investissement Edouard Cukierman.

Résumé :

Dans le passé, il était arrivé à faire entrer dans les Bourses européennes un certain nombre de sociétés israéliennes, telle que le Fond Astra dans la Bourse de Paris en 1997.

Aujourd'hui, beaucoup moins de sociétés israéliennes entrent dans les Bourses européennes et, en réalité, la seule Bourse qui ait une stature internationale et puisse être une option pour les Israéliens, c'est la Bourse de Londres.

Edouard Cukierman n'est pas optimiste en ce qui concerne les investissements européens en Israël et dit que les perspectives pour que des Européens investissent dans des sociétés israéliennes dont les actions sont négociées à la Bourse de Tel Aviv sont à peu près nulles.

Edouard Cukierman admet que ses efforts pour faire venir ici les investisseurs européens ont échoué et que, par conséquent, sa Maison s'est tournée vers la Chine.

- « Dans notre capital (Catalyseur – capital privé), la plupart des investisseurs viennent maintenant de Chine. Nos connexions en Europe sont encore très fortes et nous y avons trois branches, mais dans la pratique, les investissements européens ont représenté moins de 10 % des investissements américains dans le marché israélien. Notre orientation vers la Chine a été payante et nous traitons maintenant la plupart de nos affaires avec des investisseurs chinois. »

- En plus des raisons insignifiantes qui expliquent cette situation, EK fait référence à BDS : « Dans les assemblées générales des principales sociétés, même si elles ont étudié la possibilité d'investir dans les sociétés israéliennes, ce sera immédiatement retiré de l'ordre du jour à cause de l'impact de BDS. Il suffit qu'un seul élément du comité d'investissement de la société soulève la crainte que la société soit exposée à la critique publique de ses dispositifs pour investir en Israël, pour que cette opportunité tombe aussitôt comme hors de propos.

- « Les directions des principales sociétés européennes se disent qu'il existe plein de possibilités d'investissement, alors pourquoi se retrouver mêlé à un investissement en Israël, dans une zone de conflit. »

- EK cite l'exemple de Veolia.

- Plus que dans aucun autre endroit dans le monde, la politique joue en Europe un rôle clé et ceci se manifeste aussi dans le monde de l'investissement. L'organisation BDS a de l'influence sur les principales sociétés, elle a du pouvoir, et on voit les implications de la pression qu'elle exerce également dans le marché israélien.

- EK préfère travailler en Chine parce qu'il n'y a pas de boycott ni de BDS qui fasse fuir les investisseurs. En 2011, Edouard Cukierman était plus optimiste :

Un homme d'affaires français requalifie Israël en tant que 'Sionisme Economique'.

 

Rubriques: