Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Un livre scolaire par les Palestiniens et pour les Palestiniens de 48

Une alternative à l'enseignement sioniste dans les écoles arabes

La ministre sioniste de l'éducation, Livnat, poursuit sa campagne virulente contre une initiative éducative menée par un groupe d'intellectuels visant à protéger l'identité nationale auprès de la jeunesse arabe. La ministre a attaqué les responsables de cette initiative en les menaçant de porter plainte, insistant sur le fait que le ministère sioniste est la seule partie autorisée à émettre des livres scolaires.

Le centre de lutte contre le racisme et le centre Ibn Khaldoun, en collaboration avec le comité de suivi de l'éducation (dans la Palestine occupée en 48) ont pris l'initiative, au début de cette année, en collaboration avec des intellectuels indépendants, de publier un livre scolaire intitulé "identité et appartenance", pour renforcer l'identité nationale dans les écoles arabes pour faire face à l'israélisation et la marginalisation de l'appartenance nationale.

Dans une conférence de presse tenue à Nazareth, les intellectuels et les présidents des cadres éducatifs et scolaires ont présenté le livre alternatif qui sera mis entre les mains des élèves arabes dans l'Etat d'Israël, et qui raconte le récit palestinien et leur enseignera les composantes de la culture arabe.

Au cours de la conférence de presse, Shawki al-Khatib, président du haut comité de suivi des masses arabes, a déclaré que l'enseignement de l'identité nationale pour les générations montantes est un droit humain et politique, garanti par les traités internationaux, et mettant en garde les autorités israéliennes d'utiliser l'école comme outil de domination sur les Palestiniens de 48, et de les faire plier par le système des nominations des équipes scolaires, en imposant des contenus empreints d'arrogance qui visent à judaïser le lieu et ignorer tout ce qui renforce l'appartenance arabe.

Nabih Abu Salih, président du comité de suivi pour l'éducation arabe a attaqué les autorités israéliennes qui poursuivent une politique d'ignorance de l'identité et du récit palestiniens, attirant l'attention sur l'apport important de la culture arabe à la civilisation de l'humanité. Il a ajouté "nous ne sommes pas des éléments coupés d'un arbre, nous sommes partie prenante et indissociable de la nation arabe et notre rôle consiste à nous accrocher à ses symboles et ses constituants". Le chercheur Mustafa Kubbaha, qui a participé à l'élaboration et la rédaction du livre, a indiqué que la culture arabe n'est pas le fait de monter sur les chameaux, de boire le café ou autres manifestations folkloriques comme essaie de le montrer le ministère israélien de l'éducation et de le proposer aux élèves, mettant en valeur les éléments essentiels qui ont influé sur l'ensemble de la civilisation humaine". Dr. Kubbaha a insisté sur le fait que la guerre "entre les Palestiniens où qu'ils se trouvent et le sionisme, autour de l'histoire, n'est pas encore finie", appelant à poursuivre le projet global pour préserver l'identité nationale des citoyens arabes à l'intérieur de l'Etat d'Israël. Dr. Asaad Ghanim quant à lui, a demandé au ministère l'adoption de ce nouveau livre et de l'apprendre aux élèves arabes et juifs, au lieu de mener des campagnes contre lui.

Le président des comités des parents, Mu'in Armoush a affirmé que la littérature palestinienne est un objet de fierté pour les Arabes et le monde, appelant les autorités locales et les sections du ministère de l'éducation a soutenir l'initiative. Dr Jonny Mansour a appelé toutes les parties concernées à adopter le livre "Identité et appartenance" dans le cadre des programmes scolaires. Bakr Awawde, directeur du centre de lutte contre le racisme en Israël, a déclaré que les citoyens arabes palestiniens ont le droit de transmettre leur récit de façon organisée, à leurs enfants. Il a, par contre, demandé au ministère israélien de l'éducation d'intervenir pour interdire l'enseignement de matières scolaires dans les colonies glorifiant l'assassin Baruch Goldstein au lieu de mener une campagne contre une initiative civile, venue pour combler un fossé laissé vide par le ministère lui-même.

La ministre israélienne de l'enseignement avait déclaré la semaine dernière qu'elle était prête à enseigner les écrits du dénommé Ghandi dans les écoles arabes (Ghandi est le nom du ministre du tourisme tué, Ze'evi, qui n'a cessé de diffuser les idées de transfert des Arabes pour résoudre le conflit) !

C'est l'association palestinienne "Ta'awun" (entraide) qui siège à Genève qui a financé la publication de dizaines de milliers d'exemplaires du livre, qui seront distribués dans les familles palestiniennes à l'intérieur des terres de 48, malgré les menaces des responsables israéliens et la campagne menée par des médias israéliens considérant ce livre hostile à l'Etat hébreu. Le livre "Identité et appartenance" inclut des définitions de 400 entrées, dont Jamal Abdel Naser, Yasser Arafat, Izzidine al-Qassam, la Nakba, la bataille d'al-Karame, Septembre noir, l'Intifada palestinienne, Kanaan, Bissan, Yafa, Hittin, Edward Saïd, L'église de la Résurrection, la mosquée al-Aqsa, la Ligue des Etats arabes, Ahmad Yasine, Abu Salma, Samira Azzam, Ibrahim Touqan, Naji al-Ali, le droit au retour...

Le journaliste Wadi' Awawde, membre de l'équipe de rédaction du livre, avait préparé la conférence de presse, après qu'il ait présenté une introduction autour des moyens utilisés par le ministère israélien pour priver les citoyens arabes dans l'Etat d'Israël de leurs droits à maintenir et assurer la liaison avec leur identité nationale, à s'inspirer de la culture palestino-arabe, considérant que "Identité et appartenance" représente un flambeau face à la politique ténébreuse du ministère israélien de l'éducation envers les Arabes. Awawde a commenté l'attaque de la ministre disant "nous comprenons le malheur de Mme Livnat ces jours-ci, et parce qu'elle est ministre, nous lui disons que nous avons le droit à ce que nos enfants s'accrochent à leur chair, (et de ton côté) tu n'as qu'à aller boire le lac de Tabaraya ! Nous nous contentons de lui demander d'arrêter sa campagne contre les droits d'une minorité nationale représentant 20% de l'ensemble des habitants de cet Etat".

Ce livre est le fruit d'une collaboration entre Bakr Awawde, dr. Mustafa Kubbaha, dr. Muhammad Amara, dr. Khaled Abu Asba, dr. Jony Mansour, Ghada Ghadban, Nabih Abu Saleh, Amal Sane', Nabil Armali, Wadi' Awawde, Yousef Shihade, Nihad Ali, Muhannad Mustafa, Salman Natour, Ilias Nasrallah, dr. Asaad Ghanim, Antoine Shilhot et Ali Haydar.

Sources: http://www.arabs48.com