Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Un prisonnier est mort; Le combat continue

Le prisonnier palestinien Mayssara Abou Hamdia , décédé hier, entravé  par la police, soi-disant la plus morale du monde, d' un Etat, soi-disant le seul Etat démocratique de la région, ne sera ni le premier ni le dernier détenu palestinien mort dans une prison israélienne.

De par une négligence médicale délibérée, de par les mesures atroces de l’occupation contre tous nos prisonniers, mais surtout, de par le silence complice de la communauté internationale, cette situation va se répéter.

L’Etat d’apartheid d’Israël continue sa politique agressive contre eux, comme contre toute notre population civile. Il poursuit ses crimes contre des prisonniers isolés qui sont de plus en plus abandonnés à l’arbitraire et à l’acharnement criminel des autorités pénitentiaires, sans suivi médical, ni visites.

Nous ne comprenons pas nous, Palestiniens, pourquoi les organisations des droits de l’homme, partout dans le monde, n’arrivent même pas à dénoncer les pratiques et les mesures des forces de l’occupation qui terrorisent chaque jour  leurs victimes alors que celles-ci poursuivent leur combat pour la liberté par des actions non-violentes.

Ces organisations n’ont même pas essayé d’envoyer une commission d’enquête internationale dans les prisons israéliennes afin de constater les conditions très difficiles des captifs  qui souffrent de  pratiques criminelles  comme la détention administrative et l’isolement.

Dans ces prisons, leur situation se dégrade jour après jour, et les autorités d'Israël aggravent encore leur souffrance par des mesures illégales et des provocations permanentes. Une mort lente attend les cinq mille prisonniers qui sont toujours derrière les barreaux israéliens.

La mort de Mayssara va les inciter à continuer  leur combat pour la libération de tous les détenus des ghettos israéliens.

Nos prisonniers de liberté  vont poursuivre leur résistance remarquable. Ils continuent de donner une leçon de courage et de détermination, pas seulement aux forces de l’occupation israélienne, mais au monde entier. Ils sont  un exemple de patience et de persévérance.

Un prisonnier palestinien est mort ......mais le combat de nos prisonniers continue jusqu’à la liberté, et pour la justice.

Honte à l’occupation et à toutes ses mesures dirigées contre euxHonte au monde dit libre qui ne bouge pas pour arrêter leur souffranceVive leur combat légitime pour la liberté.

Ziad Medoukh