Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Un rappel basique

par Jean-Marie GLÄNTZLEN

Chaque fois que des sionistes informés ou non revendiquent une légitimité d'Israël « reconnue par l'ensemble des nations » lors du vote de la résolution 181 le 29 novembre 1947, nous devrions systématiquement

1/ rappeler qu'il n'y avait que 57 membres de la jeune ONU fin 1947

2/ rappeler que Staline a fait voter pour, avec ceux qui étaient déjà sous sa coupe à l'époque parmi les pays satellites, dans l'espoir que le PC israélo-palestinien prendrait le pouvoir ou au moins le partagerait

3/ rappeler que les très catholiques états de l'Amérique du Sud ne votaient oui qu'à condition que le statut de Jérusalem soit défini plus tard dans le sens de son internationalisation. Ce que les sionistes n'avaient aucunement l'intention de respecter comme ils l'ont démontré dès le 15 mai 1948

4/ rappeler que l'Angleterre, malgré la célèbre Déclaration Balfour de 1917 (rédigée par son secrétaire un juif anglais qui fut le premier gouverneur du mandat britannique en 1920) s'est abstenue bien consciente de l'irréalisme de la résolution « américano-soviétique »

5/ rappeler surtout que les dernières des deux tiers de voix nécessaires ne furent obtenues, sur pression toute particulière du président Truman (en vue de sa réélection grâce au vote juif) , que par les menaces et le chantage. Y compris sur la France (« Vous votez ou pas de plan Marshall »), alors que l'influent juif Léon Blum était évidemment, très favorable.

C'était donc à l'époque une reconnaissance « douteuse », sujette à beaucoup de réserves qui fait de tout « traité de paix » futur non pas une généreuse concession des occupants de l'ouest de la Palestine historique, mais bien une résignation plus ou moins pertinente et surtout provisoire, espérons-le, des occupés de l'est de la Palestine historique.

En attendant une sorte de fédération, avec éventuellement la Jordanie, avalisée par un gouvernement israélien enfin honnête, non arrogant et respectable, faisant honneur au peuple juif et n'étant plus la honte de beaucoup de juifs - pratiquants ou non - du monde entier.

Cordialement

Jean-Marie GLÄNTZLEN, 64 ans

Palestinophile

02410 SAINT-GOBAIN

MSN : palestinophile02

Skype : gobanais02

Rubriques: