Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Un sous-préfet limogé pour acte de Résistance et dénonciation de crime

Par Gilbert Léonard

Le sous-préfet de Saintes en Charente-Maritime, Bruno Guigue, a été limogé par Madame la Ministre de l'Intérieur, Michèle ALLIOT-MARIE, pour "avoir enfreint son devoir de réserve" en dénonçant les crimes commis par Israël qui écrit-il est "le seul État au monde dont les snipers abattent des fillettes à la sortie des écoles".

C'était dans une tribune du 13 mars 2008, publiée sur Internet, intitulée "Quand le lobby pro-israélien se déchaîne contre l'ONU" http://oumma.com/Quand-le-lobby-pro-israelien-se....

C'était en réponse à un appel publié dans le Monde du 27 février 2008 intitulé "L'ONU contre les droits de l'homme" et dirigé contre la tenue de la deuxième Conférence Internationale de Durban contre le Racisme (Durban 2). Cet appel était signé notamment par Alain FINKIELKRAUT, Pierre-André TAGUIEFF, Patrick GAUBERT, Elisabeth BADINTER, Elie WIESEL, Bernard DEBRE, Claude LANZMANN, Claude GOASGUEN.

Française, Français, l'heure est grave.

Car il s'agit là d'une Rupture profonde avec la mémoire collective française qui condamne les hauts fonctionnaires qui s'abritent hypocritement derrière leur obligation "d'obéissance aux ordres venus d'en haut" et de "faire fonctionner la France" pour justifier leurs actes de collaboration dans la période de Vichy.


- Un sous-préfet est-il tenu au devoir de réserve ou a-t-il le droit de dénoncer les rafles de parents d'élèves devant les écoles?
- Un sous-préfet est-il tenu au devoir de réserve ou a-t-il le droit de dénoncer les rafles des sans-papiers, à l'aube, à coups de haches dans les portes, devant les enfants en bas âges et les femmes enceintes?
- Un sous-préfet est-il tenu au devoir de réserve ou a-t-il le droit de dénoncer les centres dits de rétention où l'on enferme des personnes qui ont juste voulu aider leur famille à survivre ?

Car la question est de savoir si les crimes dénoncés par le sous-préfet Guigue sont fondés ou non.

Car ces crimes sont indignes d'un État qui se réclame de la démocratie au sens noble du terme.

Quand le président de la République déclare "Je soutiendrai partout Israël", cela signifie-t-il que tous les hauts fonctionnaires doivent s'abstenir de critiquer Israël quoi qu'ait fait Israël ?

Dès lors est-il juste d'accuser un haut fonctionnaire de collaboration s'il est tenu à un devoir de réserve absolu face aux dérives du pouvoir qui l'a nommé ? Devient-il légitime de mettre dans le même sac tous ceux qui participent au "faire fonctionner" d'un régime qui interdit la vraie critique: artistes, philosophes, intellectuels, journalistes, politiques?

Ou bien le concept de devoir de réserve ou devoir de dénoncer est-il à géométrie variable ?

Il convient d'analyser un peu plus en profondeur la situation.

Le 25 mars 2005, une pétition signée par les mêmes Alain Finkielkraut et Pierre-André Taguieff et aussi par Bernard Kouchner et Jacques Julliard avait circulé contre "les ratonnades anti-Blancs" et tentait de liguer "David, Kader et Sébastien" contre un ennemi commun Noir.

Alain Finkielkraut avait expliqué dans une conférence de presse que "La francophobie se répand comme la judéophobie et ne s'en distingue pas".

Cet appel publié notamment par Le Monde avait heureusement déclenché une fronde de protestation contre cette instrumentalisation raciste d'événements sociaux. Mais il n'y avait eu hélas aucune condamnation.

Près de 3 ans après, le 27 février 2008, Monsieur Finkielkraut récidive avec une tribune contre la tenue de Durban 2 en 2009, tribune publiée dans Le Monde et de portée cette fois internationale.

Mais quand les instigateurs de cet appel contre Durban 2 accusent soi-disant l'ONU de préparer, je site, "l'anéantissement de la liberté d'expression" et qu'ils soutiennent en même temps le limogeage du sous-préfet Guigue parce qu'il s'est librement exprimé (en tant que diplômé de l'ENA et de l'Ecole Normale Supérieure),

Ils révèlent là leur parti pris et leurs vraies intentions;

Ils montrent bien qu'ils ne veulent pas de la liberté d'expression, ou du moins ils ne veulent qu'une liberté, la "liberté obligatoire" de critiquer tout ce qui n'est pas favorable à eux et d'encenser tout ce qui leur est favorable.

En somme c'est comme le dit Bush, l'adepte du choc des civilisations, de la nouvelle croisade religieuse, des guerres préventives libératrices, "Vous êtes avec moi, sinon vous êtes contre moi".

Quand les instigateurs de cet appel contre Durban 2 accusent soi-disant l'ONU de cautionner "[quand est dénoncée comme une attitude raciste toute critique de la religion] une menace radicale contre la liberté de penser", et qu'ils soutiennent en même temps le limogeage du sous-préfet Guigue qu'ils accusent de forger une ligne antisémite et anti-juive parce qu'il critique ouvertement la politique israélienne en Palestine,

Ils montrent encore une fois leur parti pris.

Quand les instigateurs de cet appel contre Durban 2 s'en prennent à la Haute Commissaire aux droits de l'Homme, Madame Louise Arbour, qui je les cite, "a justifié sa passivité par le respect de la loi iranienne auquel, en tant que juriste, elle s'estimait tenue et par souci de « ne pas offenser ses hôtes »" et qu'ils soutiennent le limogeage du sous-préfet Français, en France donc sans hôtes à ne pas offenser, parce qu'il a estimé lui qu'il ne pouvait pas rester passif et complice face aux injustices qu'il observait,

Ils s'enfoncent dans leur parti pris dénué de toute objectivité.

Il serait intéressant de connaître leur réaction si un sous-préfet avait "quitté son devoir de réserve" pour par exemple critiquer la politique de la Chine au Tibet ou la politique Iranienne.

Comment réagiraient-ils si ce sous-préfet était limogé ?

Heureusement les peuples et les Nations ne sont pas dupes, malgré le terrorisme médiatique qui veut leur laver le cerveau avec de l'eau sale.

Les mensonges qui ont justifié la première guerre contre l'Irak en 1991 et son bombardement quotidien pendant plus de dix ans: la fausse affaire des bébés tués dans les couveuses par les Irakiens au Koweit,

Les mensonges qui ont justifié la seconde guerre contre l'Iraq: le faux lien entre l'Iraq et l'attentat du 11 septembre, la fausse preuve sur les armes de destruction massive, la fausse preuve sur la fourniture par le Niger d'Uranium à l'Irak,

Ce sont là autant d'exemples concrets que les peuples ne sont pas prêts d'oublier.

Les Nations ont été manipulées et les peuples demandent des comptes à leurs représentants.

Car les peuples sont toujours les seules victimes des manipulations guerrières.

Une petite précision sur le contexte de la guerre de l'information dans lequel se déroule ces événements.
- Le 12 mars, l'UNESCO a retiré son co-patronage à la journée pour la liberté sur Internet organisée par Reporters Sans Frontières de Robert Ménard les 12 mars. Des sources diplomatiques de l'UNESCO aurait informé Prensa Latina que l'agence avait pris cette décision en raison des fautes réitérées d'éthique commises par RSF dans le seul but de discréditer un certain nombre de pays.

Une recherche de "Guigue" sur le site de RSF, rsf.org, ne fournit aucun résultat.

Gilbert Léonard

Rubriques: