Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

UNE EPOUSE AMNESIQUE ET 6 ENFANTS SANS TUTEURS

LE MONDE DE LA FAMILLE RENTREE DU LIBAN S'ECROULE

LE MARTYR DE TAOUAYAA

Souheïr TAOUAYAA (38 ans) dévisage les personnes présentes dans sa chambre de l'hôpital public de Ramallah à la recherche de son mari Ibrahim (42 ans) qui était son lien unique avec le monde, depuis son attaque cérébrale qui l'a rendue amnésique il y a 6 mois. Mais elle ne le trouve pas. Une unité spéciale israélienne l'a assassiné à Ramallah, quartier du bas, le soir du 04 octobre.

Souheïr a perdu toute sa famille au camp de réfugiés de Aïn Al-Helwé, lors de l'invasion israélienne du Liban en 1982. Elle n'est pas la seule à perdre le contact avec le monde extérieur, ses 6 enfants également n'ont plus de soutien après la perte de leur père et la maladie très lourde de leur mère. "Ces enfants n'ont plus d'autre que Dieu, ils n'ont pas de proches ici. Leurs parents sont revenus du Liban, le père est mort et la mère dans l'état que vous voyez, elle n'entend ni ne répond" précise une vieille dame voisine de chambre.

Depuis 6 mois qu'elle est là, Ibrahim avait pour habitude de rendre visite à son épouse matin et soir, quotidiennement. Le 04 octobre, il est resté un moment de la soirée avec elle avant de partir. Moins d'une heure après, il est revenu inerte, criblé de balles.

"Souheïr a oublié tout le monde, même ses 6 enfants en raison de son amnésie. Elle ne se souvient que du visage de son mari" indique une infirmière, "hier, il a ramené leur fille de deux ans et demi, mais sa mère ne l'a pas reconnue."

L'aîné Ahmed (17 ans) était à côté de sa mère lorsque deux corps de martyrs étaient ramenés à l'hôpital à 10 heures du soir. Il est parti au service d'urgence voir ce qui s'est passé quand il s'est trouvé devant le corps de son père. Il a perdu connaissance et tombé par terre. "Pris d'une crise d'épilepsie, il a été soigné par les médecins mais n'a pas repris connaissance" a déclaré un des proches de Faouaz FARHANE (25 ans) le second martyr tombé avec Ibrahim dans l'exécution qui les a visés ainsi qu'un autre compagnon, blessé et arrêté.

Lorsque Ahmed est revenu à lui, il ne savait plus ce qu'il devait faire, rester au côté de sa mère semi-paralysée et de son père martyr ou rentrer pour veiller sur ses frères et sours qui n'ont plus personne d'autre. "Il a contacté leurs voisins pour leur demander de passer la nuit au côté des petits orphelins, car il ne pouvait pas quitter l'hôpital" d'après la voisine de chambre de la mère.

Ibrahim était rentré au pays avec son épouse et ses enfants en 1995 parmi les forces de la garde présidentielle. Des patientes de l'hôpital relatent qu'il leur dit que son épouse avait perdu ses 2 enfants et son frère dans le bombardement israélien du camp de Aïn Al-Helwé au Liban pendant l'invasion. Elle-même avait miraculeusement échappé à la mort après une blessure à la tête.

Après l'assassinat de Ibrahim et Faouaz et la blessure et l'arrestation de leur camarade Mouzid SAOUAFTA, les autorités de l'occupation ont déclaré qu'elles ont visé des recherchés des brigades IZZEDINNE AL-KASSAM, alors que les 3 victimes travaillaient dans les forces de sécurité présidentielle et n'étaient nullement recherchées.

Les proches de Faouaz, qui habitait dans le quartier de THOR à Jérusalem, racontent qu'il a été libéré il y a 7 mois après 2 ans de prison, et depuis, il vivait normalement à une adresse connue sans que les autorités d'occupation n'essayent de l'arrêter. Et son cousin Ahmad précise "Faouaz avait un commerce pour les cocktails de fruits dans le camp de KADOURAH au milieu de Ramallah. Il y travaillait tous les jours. S'il était recherché, les forces de l'occupation seraient venues l'y arrêter."

De même, Ibrahim vivait avec ses 6 enfants âgés de deux ans et demi à dix-sept ans dans leur appartement de BEYTOUNIA.

Il semblerait donc, que la personne visée était le jeune Mouzid SAOUAFTA (24 ans) qui a été blessé aux jambes et arrêté, alors qu'il n'était pas non-plus recherché selon des sources sécuritaires.

L'opération d'assassinat de ses 2 jeunes gens montre combien les unités spéciales israéliennes se soucient peu de la vie des palestiniens pendant les poursuites de personnes recherchées. Les balles de ces unités touchent souvent plus de personnes que celles visées. Ainsi, à JENINE par exemple, les soldats d'une unité spéciale ont tué 3 personnes avant d'atteindre le jeune Fadi ZAKARNA, il y a 2 semaines. Parmi les victimes, son frère qui dirigeait un atelier de mécanique et 2 de ses clients.

Traduction T.B.

Post-Scriptum :

Jérusalem, le 05/10/2004

Mohamed IBRAHIM -