Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Une initiative pour la concorde nationale palestinienne

Par Abdel Sattar Qassem

Abdel Sattar Qassem, professeur de sciences politiques à l'Université nationale d'al-Najah a proposé une initiative pour la concorde nationale palestinienne basée sur la préservation des droits palestiniens et l'attachement à la résistance.

Le professeur a déclaré que la concorde nationale palestinienne est un but important qu'il faut réaliser et il s'attend à ce que tout Palestinien soucieux du sort de son peuple recherche les meilleurs moyens pour assurer une vie palestinienne marquée par l'action sociale, la solidarité réciproque et les sentiments d'amour et de respect.

Il a ajouté que la concorde nationale palestinienne n'est pas basée sur la disparition des personnalités, des formations politiques et des partis dans un cadre général, mais elle signifie plutôt la présence de principes et de valeurs élevées que tous, individus et groupes, veillent à réaliser; elle ne signifie pas la non différence, mais plutôt le fait de se parer des règles de la différence.

Des réalités objectives environnantes


- Dr. Qassem a précisé que son initiative s'appuie sur des réalités objectives qui s'imposent à tous et sur des ambitions qui exigent la réunion de toutes les forces pour leur réalisation, qui sont que le peuple palestinien souffre de l'exil et de l'occupation, sa patrie est sous occupation, le peuple palestinien qui est dans son droit, s'impose avec force au monde entier, il est la victime d'une agression permanente, et que l'ennemi du peuple palesitnien est fort, soutenu par des forces mondiales qui l'aident par tous les moyens, que le peuple palestinien n'a agressé personne, que la résistance est une expression d'un phénomène historique et objectif, et dans le cas palestinien, précisément, elle est l'expression d'une conduite consciente de ses drtois et la nécessité de les reprendre, et qu'il est sage que l'individu récupère ses droits de façon pacifique, si c'est possible, et la résistance en tant que telle n'est pas un but, et qu'il n'est pas possible de faire confiance à toute partie qui soutient l'ennemi, de quelque façon que ce soit. Il a ajouté que les réalités citées constituent une base sur laquelle s'organisent plusieurs questions : Terminer avec l'état d'exil et d'occupation constitue la priorité pour le peuple palestinien, résoudre les problèmes palestiniens exigent la mise en place de programmes nécessaires pour résoudre les soucis quotidiens du peuple, la mise en place d'autres plans sur le plan stratégique. La planification saine exige une clarté, ce qui ne peut être obtenu sans l'adoption d'une charte ou constitution ou programme qui inclut les droits et les buts du peuple palestinien. Cette vision stratégique ouvre la voie aux pas tactiques. Pour la récupération des droits palestiniens, il est nécessaire de rassembler les forces et les énergies à large échelle, englobant notre environnement arabe et islamique. Les droits palestiniens sont sacrés, et toute négligence de ces droits suscite une fissure dans le tissu social palestinien, les droits ne sont pas soumis à l'art du possible, car l'insistance sur ces droits est l'expression d'une pré-condition à la poursuite de l'unité nationale palestinienne qui constitue la base pour acquérir la force.

Des pas hardis

L'initiative propose plusieurs pas hardis pour la récupération des droits palestiniens. Sur la scène extérieure, il est nécessaire d'insister sur la récupération des droits dans toutes les activités médiatiques, politiques, culturelles et intellectuelles internes et externes, insister plus particulièrement sur les questions humaines, qui constituent la colonne vertébrale de la réflexion sociale et humaine occidentale à l'heure actuelle, il est nécessaire d'utiliser le poids de la question des réfugiés palestiniens face au monde étant donné qu'elle est la question humaine la plus puissante dans le monde moderne. Il n'est pas exigé du peuple palestinien qu'il présente des initiatives politiques pour résoudre les problèmes d'Israël, mais insister plutôt sur la récupération de ses droits. Si les initiatives politiques sont nécessaires, celles-ci peuvent être proposées par d'autres que le peuple palestinien, et chaque initiative politique n'incluant pas un texte clair concernant le droit au retour des réfugiés palestiniens, retour à ses maisons, à ses propriétés dans la terre occupée en 1948, doit être considérée comme non sérieuse, le droit au retour de réfugiés, la fin de l'occupation et la création d'un Etat constituent les premières préoccupations palestiniennes. Quant aux préoccupations politiques des autres, elles ne peuvent être prises en compte qu'après la suppression des préoccupations palestiniennes, étant donné qu'il est important de maintenir une ouverture sur le monde, l'opinion internationale ayant une grande importance.

L'initiative considère que la légalité internationale s'appuie sur la force, alors que l'initiative arabe pour résoudre la question palestinienne s'appuie sur la faiblesse.

Concernant la scène intérieure, l'initiative appelle à la politique de compter sur ses propres forces, autant que possible, dans les différents domaines politiques intérieurs, afin d'acquérir de la force et avancer, d'adopter la réflexion scientifique pour réorganiser la situation intérieure, en mettant en place des plans de développement dans les différents domaines, la nécessité de distinguer entre sécurité civile et sécurité nationale, de façon à ce que la sécurité civile soit une tâche de l'Autorité et la sécurité nationale une tâche des formations de la résistance.

L'initiative appelle à revoir les rôles des appareils sécuritaires, sauf celui de la police, qui ont en charge les responsabilités de la sécurité civile, exigeant de la sécurité nationale le secret total, à revoir la situation économique de façon à ce que la production soit la base de l'activité économique, supposée intégrer la quantité de fonctionnaires qui n'offrent aucun service au peuple palestinien, en assurant la domination du droit selon des critères fermes, que les fonctions civiles et les fonctions professionnelles ne soient ni rattachées aux formations de la résistance, ni aux partis politiques, et assurant la liberté de choix qui doit demeurer la valeur suprême que tous doivent respecter, en donnant à la majorité le droit de gestion sans interdire à la minorité son droit à attirer le public à ses côtés.

L'initiative considère que la Palestine est plus grande que la Cisjordanie et la bande de Gaza, que le peuple palestinien comprend les Palestiniens qui se trouvent dans et à l'extérieur du pays, et qu'il est nécessaire d'assurer le droits de tous dans la formulation de la concorde nationale, car elle touche tous les Palestiniens. Elle considère que l'OLP a formé un cadre historique qui a protégé et représenté le peuple palestinien, et pour qu'elle le demeure, il faut qu'elle s'élargisse en demandant à des experts palestiniens de formuler à nouveau une nouvelle charte et une base et les formes de représentativité, puis se mène la réflexion sur les meilleurs moyens de sa participation et de sa prise de décision.

Sur la scène arabe et musulmane, l'initiative considère que la question palestinienne n'est pas uniquement celle des Palestiniens, mais celle des Arabes et des musulmans également. Ces derniers ne sont pas neutres et la coopération avec eux se fait en mesure de leur position en faveur des droits arabes et musulmans. Par conséquent, il n'est pas possible d'accepter les politiques de normalisation avec Israël menées par certains pays arabes et musulmans.

L'initiative considère que la position palestinienne est renforcée tant qu'elle se rapproche des peuples arabes et musulmans, elle appelle à se diriger vers un équilibre militaire régional, à développer une force de dissuassion régionale poussant les forces ennemies à reconnaître les droits du peuple palestinien. Et si le peuple palestinien souhaite recevoir une aide économique et financière, les Arabes et les Musulmans sont ceux à qui il faut s'adresser.

Source : Nablus, Ghassan Katout, Rowwad pour la presse http://www.nablus-city.net

Rubriques: