Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Une semaine normale dans la Bande de Gaza

Durant cette semaine du Du 8 au 14 mai 2014
 

Jeudi 8 mai 2014
À environ 23h00, des forces de la marine israélienne stationnées au large de Khan Younis ont ouvert le feu sur des bateaux de pêche et les ont poursuivi. Les pêcheurs sont rentrés à terre craignant d’être arrêtés ou blessés. Cependant, ni victimes, ni dégâts matériels n’ont été signalés.

Vendredi 9 mai 2014
À environ 05h30, les forces israéliennes appuyées par des véhicules militaires lourds ont pénétré à environ 200 mètres dans l’est du village de Khuza’a, à l’est de Khan Younis, Elles ont nivelé les terres le long de la frontière en direction de Abassan. Elles se sont retirées à environ 11h00.

Dimanche 11 mai 2014
À environ 06h40, les forces israéliennes de veille sur leur miradors dans les environs de Beit Hanoun (Erez), ont tiré à balles réelles sur un groupe d’ouvriers qui récupéraient des pierres et du gravier dans la zone industrielle détruite près de la frontière.
En conséquence, Nizar Abdallah Rabie Olwan (23), de Jabalia, a subi une blessure par balle à la jambe gauche et a été transporté à l’hôpital Kamal Odwan de recevoir le traitement médical approprié. Sa blessure a été décrite comme étant modérée.
À environ 07h00, les forces israéliennes stationnées le long de la frontière, à l’est de Khan Younis, ont ouvert le feu sur des terres agricoles dans le village de Khuza’a pendant quelques heures, mais ni victimes ni dégâts matériels n’ ont été signalés.

Mardi 13 mai 2014
À environ 11h15, les forces israéliennes stationnées le long de la frontière, à l’est de cimetière al-Shuhada ’, à l’est de Jabalia , ont ouvert le feu sur des agriculteurs et sur des travailleurs qui récupéraient des matières premières. Les agriculteurs et les travailleurs ont fui craignant d’être blessé, Ni victimes, ni dégâts matériels n’ont été signalés.