Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Utiliser les Palestiniens comme boucliers humains contre BDS

En réponse à la décision du Conseil municipal de Reykjavik -révisée depuis- de boycotter les produits d’Israël jusqu’à ce que celui-ci mette fin à l’occupation, le politicien israélien Yair Lapid a écrit une lettre ouverte au peuple islandais intitulée « L’Hypocrisie du Boycott ». Dans son exposé, Lapid a mis en avant qu’il ne fallait pas boycotter Israël parce que, en agissant ainsi, on ferait du tort à ses citoyens arabes. L’un de ces citoyens lui répond.

Cher Yair,

Que signifie Israélien pour toi ? [1] En réalité, pas la peine de répondre. Le temps est venu pour toi d’entendre ce que signifie Israélien pour moi. Alors, qu’est ce qui est Israélien pour moi ? Toi. Je fais allusion à l’hypocrisie et à la condescendance qui accompagne chacune de tes démarches. Quoi d’autre est Israélien pour moi ? Le troupeau de racistes qui te suit, incapables de voir que l’empereur est nu, sans idées de fond et sans rien du « discours neuf » que tu penses avoir introduit dans la politique d’Israël.

Tu commences ton article contre le boycott, publié en Islande après la décision du Conseil municipal de Reykjavik de boycotter les produits issus d’Israël, par une suite impressionnante de questions concernant les Palestiniens qui vivent en Israël. « Le boycott inclut-il les produits fabriqués par la minorité arabe d’Israël qui représente 20 pour cent de la population ? Le boycott inclut-il les 14 parlementaires arabes israéliens qui siègent à mes côtés au parlement israélien ? » Tu poses ces questions comme si tu étais le champion des protecteurs de nos droits. Je suis déconcerté quant à l’origine de ton insolence et de ton audace.

Tu n’as pas honte ? Tu te mets tout seul dans l’embarras en utilisant les citoyens palestiniens d’Israël comme boucliers humains contre le boycott.

Qu’as-tu jamais fait pour eux, ces citoyens palestiniens d’Israël ? En tant que ministre des Finances, dans une démarche populaire, tu as essayé de diminuer le prix des logements en abaissant la TVA à zéro – mais seulement pour les anciens combattants. Et qu’en est-il de ceux qui n’ont pas servi dans l’armée – c’est-à-dire les Arabes ? Pour eux, tu as voulu que la loi ne s’applique que lorsqu’ils achètent un appartement à moins de 600.000 shekels (150.000 $). Ce qui signifie que tu as voulu encourager les Arabes à continuer de vivre dans les quartiers frappés par la pauvreté. En ce qui te concerne, s’il n’y a pas de loyauté [2], il ne devrait pas y avoir de logements à un prix raisonnable pour les Arabes.

Quels projets, toi ou ton parti, avez-vous promus pour le bien-être de ces résidents [palestiniens] derrière lesquels tu essaies maintenant de te cacher ? Tu mentionnes dans ton article les produits fabriqués par les citoyens arabes, comme s’ils étaient un élément constitutif de l’économie israélienne. Et pourtant, l’élite ashkenaze à laquelle tu appartiens fait tout ce qu’elle peut pour empêcher les communautés arabes de s’établir et de développer des zones industrielles, leur interdisant ainsi d’atteindre une autonomie économique et les maintenant dans la pauvreté et la dépendance à la complaisance de gens tels que toi.

Ne te défile pas, comme tu le dirais. J’ai d’autres questions.

Et comment oses-tu exploiter les membres palestiniens de la Knesset ? Tu choisis d’ignorer que les députés de la Liste Unie soutiennent vraiment un boycott d’Israël, comme le font beaucoup des 20 pour cent, dont moi-même, pour la sécurité économique et le bien-être desquels tu t’inquiètes tant. Juste pour mémoire, tu as déclaré très clairement qu’en aucun cas, tu ne siégerais dans une coalition gouvernementale avec les Arabes, les traitant ainsi tous, dans un élan raciste, comme un seul groupe uniforme. Comme s’ils mouraient d’envie de siéger à tes côtés dans un gouvernement sioniste oppressif. Je crois que le terme exact que tu as inventé pour eux est « Les Zoabis », non ?

Laisse moi te dire un petit secret. Quand j’étais enfant, je lisais avec grand plaisir ton article hebdomadaire dans Maariv. Mais cela n’a pas duré très longtemps parce que, très vite, j’ai perçu les artifices de ton écriture populiste. Le sommet, pour moi, c’est lorsque j’ai réalisé que tu utilisais le discours sur l’Holocauste pour rendre l’occupation kasher.

J’aimerais croire que, dans ton article à l’attention du peuple islandais, tu n’as pas mentionné l’Holocauste parce que tu es fatigué de ternir la mémoire de ses victimes. Mais nous savons tous les deux que la seule raison qui t’a conduit à ne pas l’utiliser, c’est que tu as trouvé à utiliser un autre bouclier humain, et qui convient beaucoup mieux dans ce cas.

Outre le fait de te cacher derrière notre dos comme un lâche, tu as aussi mis en avant les réalisations d’Israël qui, selon toi, ont un impact positif sur le monde entier. Mais disons quelques mots sur ce que tu n’as pas écrit, Yair.

Il est intéressant de constater que tu n’as pas mentionné l’industrie israélienne d’armement. N’es-tu pas fier de l’implication de cette industrie maison dans tous les conflits qui ensanglantent la planète, presque toujours en aidant les plus agressifs et les plus violents et en leur vendant des armes ? Est-ce que le fait qu’Israël soit impliqué dans la mort de femmes et d’enfants innocents dans n’importe quel conflit ne suffit pas pour le boycotter ? N’es-tu pas fier de la façon dont cette industrie se sert de nous Palestiniens, qui « ne nous intéressons pas à la paix » comme d’un laboratoire pour tester ses dernières armes novatrices ?

Tu as oublié aussi de parler au peuple islandais de la démolition de maisons et de l’expropriation de terres qui nous visent nous les Arabes, des deux côtés de la Ligne Verte, afin que vous ayez des quartiers dans lesquels nous ne pourrons jamais résider et des usines dans lesquelles nous ne pourrons travailler que comme ouvriers, jamais comme directeurs. Et au lieu de noyer le pauvre peuple d’Islande sous des statistiques et des chiffres, tu aurais pu simplement mentionner le fait qu’Israël tue un mineur palestinien tous les trois jours. Tu as oublié de parler des checkpoints, des arrestations, des raids, et tu t’es également gardé de mentionner la famille Dawabsha de Duma, brûlée vive. Ici aussi, les éléments sont trop importants pour les lister.

Yair, je n’attends rien de toi – non pas à cause d’un désaccord politique, mais juste parce qu’il n’y a rien pour te racheter. Ce qui est triste dans toute cette histoire, c’est le nombre insupportable d’Israéliens qui achètent tes slogans, slogans que tu enrobes de kitsch et d’assertions sans fondement.

[1] Cette question est souvent posée par Lapid aux gens qu’il interviewe en tant que journaliste.

[2] « Il n’y a pas de citoyenneté sans loyauté » - slogan populaire lancé par le chef d’Israël Notre Maison, Avigdor Liberman.

Source

 

Rubriques: