Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Polémique en Grande-Bretagne autour d’une affiche sur la Déclaration de Balfour

Une affiche publicitaire retraçant l’historique du rejet par les Palestiniens de la Déclaration de Balfour de 1917, à l’origine de la campagne britannique de la création d’un foyer national juif en Palestine, a été interdite par l’organisme en charge des Transports londoniens sous prétexte que la question est politiquement controversée, rapporte The Guardian dans son édition de ce mardi.

Netanyahou et la réconciliation palestinienne

En mars 2011, après une série de négociations entre le Hamas et le Fatah, le président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé son intention de se rendre à Gaza pour signer un accord de réconciliation.

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a vu l’idée de la réconciliation palestinienne d’un mauvais œil.

Les Palestiniens à Israël : « Jamais nous ne quitterons Jérusalem ! »

 La police israélienne a pris d’assaut la place, et ils cherchent … à vous parler », s’est entendu dire Jabari, chercheur à l’ONG de la Société d’études arabes.

La police et les services de renseignement israéliens sont arrivés une heure avant le début de la conférence d’al-Aqsa – qui avait pour but d’organiser un débat sur la garde du site sacré par la Jordanie – et ont ordonné à la directrice du centre, Rania Elias, d’annuler l’événement, prétendant qu’il était organisé par l’organisation « terroriste » Hamas [résistance palestinienne].

L’ONU doit prendre exemple sur le mouvement BDS

Ce n’est en aucun cas un dénouement surprenant, ni simplement l’écho de l’influence des factions soi-disant de droite ou extrémistes représentées dans ce gouvernement israélien. C’est l’articulation explicite de l’idéologie sioniste de la suprématie juive inadmissible sur laquelle est fondé l’état juif.

L’étiquetage des produits des colonies israéliennes : une mission impossible ?

Depuis plus de quatre ans, l’UE et les douanes des Etats membres ne réussissent plus à identifier les produits provenant des colonies israéliennes en Cisjordanie. C’est ce qu’indiquent de récentes révélations. L’UE n’est donc plus en mesure de respecter son obligation de non-reconnaissance de ces colonies illégales.

Une histoire de résilience et de résistance, avec une énorme dose de volonté et de détermination

bu Safi, palestinien de 65 ans, vit dans un secteur appelé Kherbat Arrathiem, à environ 40km au sud-ouest de la ville d’Al-Khalil (Hébron) avec sa femme et 8 enfants, dont l’aîné à 16 ans. Le secteur est encerclé par trois colonies sionistes, E'sailah, Sham'a et Nitarim. Les occupants sionistes ont essayé de s’emparer de sa terre et des terres environnantes (environ 3 hectares) mais Abu Safi a résisté à toutes leurs entreprises criminelles contre lui.

Oblitérer l’avenir des Palestiniens

Avant d’aller plus loin, précisons une chose. Il n’y a jamais eu de « problème de la Palestine » jusqu’à l’arrivée des sionistes. Il n’y avait qu’un problème en Palestine. C’était dès le départ un « problème sioniste », devenu plus tard un ‘problème israélien’ et c’est ce qu’il demeure. Les sionistes ont créé ce problème avec le soutien britannique, mais, dans cette version exceptionnelle du droit, il semble que l’on permette au crime de payer pour toujours.

VIDEO : CPI, où en est le cas palestinien ?

En 2015 et malgré les pressions, l’Autorité palestinienne adhère officiellement au Statut de Rome, traité fondateur de la Cour pénale internationale (CPI) qui permet à celle-ci de juger les crimes graves commis sur le territoire palestinien en violation du droit international (crimes de guerre, crimes contre l’humanité etc).

Résistance palestinienne : faire payer le prix de l’occupation

Le choc et l’étonnement exprimés par les dirigeants et les colons israéliens lors de l’attaque menée par le Palestinien Nimr al-Jamal, âgé de 37 ans, contre les forces israéliennes d’occupation dans une colonie au nord de Jérusalem – trois agents étant tués et un quatrième blessé grièvement – ne sont pas surprenants.

Douze idées reçues sur le BDS

Le « BDS » (Boycott-Désinvestissement-Sanctions) est souvent sujet aux fantasmes. Parmi le grand public, les institutions françaises ou même au sein de la société civile, l’acronyme suscite l’incompréhension, le rejet... « c’est illégal en France », « c’est de l’antisémitisme »... Mais qu’est-ce qui se cache réellement derrière ces trois lettres ?

Pages

S'abonner à Enfants de Palestine RSS