Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Culture

poème de Nizar Qabbani

Ce poème s'est attiré de sévères critiques aux Etats-Unis lorsqu'il fut publié pour la première fois dans al-Hayat, en avril 1997.


- On nous accuse de terrorisme
- quand nous défendons la rose et la femme,
- la poésie aux vers si puissants et le bleu du ciel.
- Cette « autorité » avec rien dedans :
- pas d'eau, pas d'air,
- pas une tente, pas un chameau,
- pas même de noir café arabica !!!

le mur et la honte.

une contribution d'un de nos lecteur

PALESTINE, je te cherche

De Mohamed Younis

Bonjour

Je me appelle Mohammed Younis de Palestine

Je suis un etudiant de Mr ZIAD MEDOUKH à la université Al-Aqsa-Gaza

Je recherche le sourire dans les larmes,

Jénine, Rafah et après… (poême)

Par Riahi Mohamed (Boumhel)

Le sionisme s'enfonce dans la terreur,

Comme une vieille barque qui sombre.

Je m'appelle WAFAA , j'ai 22 ans, ...

Je me permets de vous envoyer ce poeme d'une jeune fille de Gaza, qui étudie le francais avec Ziad Medoukh Poeme maladroit qui traduit une souffrance insupportable. L'envie de quitter ce monde terrible, a 22 ans !

Israël est un État raciste; "Inacceptables" pour le quai d'Orsay

Le ministère des Affaires étrangères a jugé vendredi 15 octobre 2004 "inacceptables" les propos du journaliste Alain Menargues, directeur-général adjoint de Radio France Internationale (RFI), qualifiant Israël d'Etat raciste. C'était le 6 octobre dernier, devant le Centre d'accueil de la presse étrangère à l'occasion de la présentation de son livre "Le mur de Sharon". M. Ménargues avait déjà qualifié Israël d'Etat raciste sur LCI le 30 septembre 2004.

Invitation à lire ... " Le mur de Sharon " par Alain Ménargues

Lettre d'un Enfant Palestinien à Papa Noël

Papa Noël où es-tu ? Je t'ai écris et réécris et tu ne réponds toujours pas. Peut-être que tu ne connais pas ce pays, peut-être ne le vois-tu pas, trop de sang le couvre.

La poésie Palestinienne contemporaine

Choix des textes et traduction de Abdellatif Laâbi

Que reste-t-il au poète quand la terre lui est retirée, quand lui-même est transformé en fantôme, quand on lui désigne une simple négativité comme condition de son existence ? Il est rare qu'une poésie prenne ainsi forme entre terre et ciel. C'est dire combien la tâche des poètes palestiniens est complexe, presque inédite. Ils ne peuvent écrire qu'avec ce qu'on leur a usurpé. Le monde est pour eux celui qu'ils ont à réinventer en partant du plus enfoui et du plus douloureux en eux, d'une familiarité, hélas obligée, avec la mort. Mais faut-il rappeler que c'est dans cette précarité, justement, que la poésie acquiert toute sa signification et, pourquoi pas, son utilité ? Les poètes palestiniens sont peut-être des poètes de l'urgence, mais l'urgence qui est la leur n'est pas celle qui s'arrête à la cause immédiate du poème. C'est une urgence de la poésie. A. L.

Carnets de route d'un retour de Palestine

Inscrire la Palestine dans la culture mondiale

« Nous souffrons d'un mal incurable : L'espoir » Carnets de route d'un retour de Palestine L'arrivée de la délégation à Ramallah suscite un forte émotion, en particulier pour le poète Mahmoud Darwish, placé au coeur de ce voyage. Le 25 mars, lors des rencontres organisées par les écrivains palestiniens au Centre Culturel Khalil Sakakini, celui-ci prononce un discours homage à l'attention de ces « maîtres des mots », dont les préoccupations ne sont pas seulement littéraires mais aussi morales. Une manière symbolique d'inscrire la Palestine dans la culture mondiale.

Etat de siège

Poème de Mahmoud Darwish

Pages

S'abonner à RSS - Culture