Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Droit au retour

Tous les articles et rapport sur le droit au retour de tous les réfugiés palestiniens

Le chagrin et la douleur consument toujours les cœurs des Palestiniens

Abd al-Qader al-Lahham se souvient du délicieux goût des fruits, des collines couvertes d’oliviers, des bouillonnantes sources d’eau fraîche, et des moutons, des vaches et des chameaux qui paissaient jusqu’au coucher de soleil, sur sa terre, dans le village palestinien maintenant détruit de Beit Itab à Jérusalem.

Quand Israël et la Grande-Bretagne célèbrent le traumatisme historique des Palestiniens

Après cent ans, la Grande-Bretagne semble en être au même stade moral que lorsque le secrétaire britannique aux Affaires étrangères, Arthur Balfour, écrivait à un dirigeant de la communauté juive britannique, le baron de Rothschild, lui promettant l’établissement d’un « foyer national » pour le peuple juif en Palestine.

"Les réfugiés palestiniens et le droit au retour par Gilles Devers

Les réfugiés palestiniens disposent d’un droit inaliénable : le droit au retour, un droit réaffirmé avec constance par l’ONU et tous les organismes compétents depuis 1948.

Le droit des réfugiés, lié à l’histoire de toutes les guerres, est parfaitement connu (I). S’agissant de la Palestine, il faut revenir à la source, c’est-à-dire au mandat de 1922 (II). Depuis, le droit des réfugiés palestiniens, affirmé avec constance, est dans les faits, méprisé avec la même constance (III).

I – Un droit parfaitement connu

Le droit au retour est au cœur du combat de la Palestine

Le droit au retour, pierre angulaire du combat palestinien, est le principe selon lequel les réfugiés palestiniens ont le droit inaliénable de revenir dans leur patrie.

Un ami m’a récemment envoyé une image censée exprimer la solidarité avec la Palestine. Au premier regard, j’ai pensé que c’était charmant ; ça représentait un cœur délimité par le mot « Palestine » dont l’intérieur était rempli de noms de nombreuses villes palestiniennes, et arborait les couleurs du drapeau palestinien.

Prochaine « Révolution de palais » à Ramallah ?

Brusquement, sans aucun préliminaire, la nouvelle a été annoncée au monde entier qu’il existait un « quartet arabe » sur la Palestine et qu’il avait un projet.

Palestiniens au purgatoire : les citoyens déplacés à l’intérieur d’Israël

Environ 300 000 Palestiniens ont la citoyenneté israélienne mais vivent encore comme des « réfugiés internes » au sein des frontières d’Israël.

Je suis retournée à Haïfa il y a deux semaines et j’ai immédiatement été attirée vers le quartier palestinien abandonné de Wadi Salib, situé entre le quartier animé de Hadar et le port de Haïfa. À Wadi Salib, la vie s’efface.

La place de la Nakba dans la catastrophe générale du monde arabe


Le 15 mai de chaque année, toutes ces 68 dernières années, les Palestiniens ont commémoré leur exil collectif de la Palestine. Le nettoyage ethnique de la Palestine pour faire place à une « patrie juive » s’est fait au prix d’une violence implacable et d’une souffrance perpétuelle. Les Palestiniens se réfèrent à cette tragédie comme à la « Nakba », ou « Catastrophe ».

Un point de vue palestinien sur la polémique sur l’antisémitisme

En réaction à un article du 20 avril de Jonathan Freedland, éditorialiste au Guardian, intitulé : My plea to the left (Mon plaidoyer à la gauche), dans le cadre de la polémique sur l’antisémitisme qui sévirait au sein du Parti Travailliste, le professeur Kamel Hawwash a écrit la lettre suivante parue dans le Guardian le 2 mai.

Vous avez dit; la Palestine n’existait pas avant 1948 ?

Palestine avant 1948, avant le sionisme

Merci à Annie et Pedro pour la traduction et les sous-titres en Français, que vous trouverez en cliquant sur le carré blanc en bas et à droite de youtube !

Le BDS, les droits des Palestiniens et les menaces de mort proférées par Israël

« Je suis inquiet pour ma sécurité après les récentes menaces israéliennes, officielles et à peine voilées, de nuire physiquement à ma personne comme à celle de mes collègues palestiniens, israéliens et internationaux actifs dans le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) » alerte ici Omar Barghouti, le co-fondateur du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS).

Pages

S'abonner à RSS - Droit au retour