Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Droit au retour

Tous les articles et rapport sur le droit au retour de tous les réfugiés palestiniens

Après SABRA et CHATILA, l'ESPOIR

L’histoire de l’entité coloniale nommée Israël n’a été qu’une longue et sombre histoire de guerres, de massacres et de spoliation . Du 15 septembre au 18 septembre 1982, les habitants palestiniens et libanais des camps de réfugiés de Sabra et Chatila dans la partie occidentale de Beyrouth sont encerclés et méthodiquement massacrés par l’armée israélienne sous commandement d’Ariel Sharon et les milices chrétiennes libanaises. On parle alors de 3000 victimes mais les chiffres, faute d’enquête indépendante, apparaissent très en deçà de la réalité.

"Les Palestiniens ne doivent pas adapter leur résistance aux goûts de la classe oppressive et de ses supporters"

Ces dernières années, le discours occidental autour de la cause palestinienne a employé quelques adjectifs nouveaux - et superficiels - pour décrire la résistance palestinienne : résistance palestinienne « non-violente », résistance palestinienne « pacifique », résistance palestinienne « populaire », résistance palestinienne « non armée ». Et la si bien vue résistance palestinienne « à la Gandhi »

Les israéliens reconnaissent avoir chassé 240.000 Palestiniens entre 1967 et 1994

Les chiffres sont donnés par le quotidien israélien Haaretz, qui explique qu’il suffit qu’un Palestinien de Gaza ou de Cisjordanie quitte quelques années son territoire (études, travail...) pour qu’Israël lui retire définitivement son "droit de séjour" !

Bulletin spécial de statistiques à l'occasion du 64ème anniversaire de la Nakba palestinienne

La Nakba : épuration ethnique et déplacement de population

Les 64 ans de la Nakba - Nous ne partirons pas, nous poursuivrons notre résistance, nous resterons attachés à la Palestine

15 mai 1948, 15 mai 2012, soixante-quatre ans déjà, soixante-quatre ans depuis le début du drame des Palestiniens, soixante-quatre ans de souffrance, de malheurs et de massacres pour un peuple digne, soixante-quatre ans depuis le début de la plus grande injustice imposée à un peuple sur sa terre, soixante-quatre ans de déportation d’un peuple pour le remplacer par un autre peuple.

La carte de Palestine la plus grande du monde inaugurée à Gaza

Le gouvernement palestinien à Gaza a supervisé l'inauguration de la carte de Palestine Historique la plus grande du monde qui devrait entrer dans le Guinness des Records. L'élaboration de la carte a duré trois ans. Elle a été supervisée par une équipe de géographes éminents de diverses universités palestiniennes et elle montre chaque ville et village de Palestine Historique, dont plus de 500 ont été rayés de la surface de la terre par les autorités israéliennes.

Réfugié palestinien, que feras-tu quand tu rentreras chez toi ?

« Le droit au retour » est un rêve auquel aspirent près de 5 millions de Palestiniens résignés à l’exil depuis la « nakba », la création de l’État israélien en mai 1948. La plupart d’entre eux n’ont jamais posé les pieds sur leur terre natale. Aucun souvenir donc, mais des histoires héritées de génération en génération, une clé rouillée de leur maison abandonnée, des photos – s’ils sont assez chanceux –, et le rêve immuable de voir un jour la Palestine libérée de toute occupation.

La Palestine appartient aux Palestiniens

Dans un discours marquant la naissance il y a 24 ans du mouvement de libération islamiste palestinien, le Hamas, Ismaïl Haniyeh, Premier ministre du gouvernement élu de Gaza a juré de poursuivre la lutte contre l’Etat d’apartheid d’Israël jusqu’à la libération de la Palestine.

L’Etat sioniste : un apartheid teinté de nettoyage ethnique

C’est au cours de la conférence internationale sur « l’apartheid israélien » que le penseur arabe palestinien, Mounir Shafiq, a prononcé le discours suivant, le 27 novembre 2011, à Beyrouth.

Chers Frères, chères sœurs,

Les « présents–absents » ou les déplacés internes : à la recherche d’une protection internationale

L’État sioniste les considère présents et absents à la fois, présents dans le pays mais absents quant à leurs droits de revenir à leurs terres et de récupérer leurs propriétés et leurs biens, confisqués par l’État colonial. Ce sont les réfugiés ou les déplacés internes, ces Palestiniens qui sont à la fois réfugiés et qui vivent dans leur pays, où a été construite la colonie sioniste, Israël.

Pages

S'abonner à RSS - Droit au retour