Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Nouvelles de Palestine

La rubrique de nos amis en Palestine

Les olives de la colère

TULKAREM, le 6 août 2006, 14 h 57 WAFA

Les Forces d'Occupation Israéliennes (FOI) ont détruit par le feu, aujourd'hui, de vastes surfaces des terres cultivables à Tulkarèm en Cisjordanie.

Des villageois de Faroun, au sud de Tulkarèm, ont informé WAFA que les FOI avaient brûlé des milliers d’oliviers, plantés derrière le Mur de l'Apartheid. Ils ont ajouté que les FOI ont délibérément brûlé ces oliviers avant la cueillette qui commencera en septembre prochain.

A tous mes correspondants WAFA est l'agence de presse Palestinienne.

Quand Tsahal (l'armée israélienne) agit ainsi, comment est-il possible que la haine diminue envers l'occupant israélien ? Depuis quand les olives sont-elles des armes de guerre ? Par contre, elles permettaient encore d'assurer de maigres revenus à des paysans palestiniens… Ne laissons pas les extrémistes fascistes israéliens arriver à leurs fins : la guerre comme moyen d'imposer leur domination sur l'ensemble de la Cisjordanie.

Pour exprimer votre réprobation : l'adresse de l'Ambassade d'Israël en France : information@paris.mfa.gov.il

Le site du Ministère français des Affaires Etrangères :

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/ru...

Envoyez-moi une copie de votre courriel.

Jean-Luc DURIEZ 13005 MARSEILLE

Les associations arabes s'adressent à l'ambassade de l'Union europénne à Tel Aviv

L'Union des associations civiles arabes (Ittijah) s'est réunie le vendredi 22 juillet 2006 à Umm al-Fahem, rassemblant des dizaines de représentants d'associations, pour discuter de l'agression israélienne et coordonner les mesures à prendre, et déterminer le rôle de la société civile palestinienne de l'intérieur (dans la Palestine occupée en 48) pour faire face à l'agression criminelle israélienne sur nos peuple libanais et palestinien.

Beit Hanoun (bande de Gaza) : une résistance légendaire face à la terreur et la machine de la mort sionistes

Centre palestinien d'Information, Gaza

Entrer dans la ville de Beit Hanoun, connue sous le nom de la ville d'al-Salah, du nom du martyr Salah Shehade, commandant en chef des Brigades d'al-Qassam, n'est assurément pas comme en sortir. Celui qui pense s'aventurer et se rendre dans cette région sinistrée après que le ciel soit tombé sur la terre, à la manière de l'occupation, évidemment, doit nécessairement se préparer mentalement pour recevoir les images choquantes et préserver sa santé mentale.

continuez à regarder vers Beyrouth et Gaza pas vers Haifa

Lettre personnelle d'Ameer Makhoul:

Haifa, 19 Juillet 2006

Chers amis,

Merci à tous ceux qui nous ont contactés à Ittijah car nous sommes à Haïfa et qu'ils se sont inquiétés pour nous. C'est un contact qui nous encourage. C'est bien de savoir à nouveau pour quoi les amis sont là.

Poursuite de la colonisation sioniste

La colonisation a avalé les terres d'al-Khalil et le mur a réduit la ville à des morceaux coupés isolés de la Cisjordanie

Au moment où les forces sionistes lancent leurs attaques criminelles et barbares contre les peuples libanais et palestinien, parce qu'ils ont décidé de résister, voici deux articles pour illustrer que les négociations, les plans de paix concoctés par les amis des sionistes ne servent qu'à leur laisser le temps de poursuivre leurs crimes.

A Jénine, les Palestiniens solidaires

De Ali Samoudi, Jénine

C'est l'espoir, nous mettons notre espoir dans le hezbollah, dans Sayyid Nasrallah, pour qu'il mette fin à notre souffrance depuis plus de 18 ans". C'est par ces mots que Amina Sabbagh, du camp de Jénine, a accueilli la nouvelle de la capture de deux soldats israéliens dans le sud du Liban. "Derrière les barreaux de la barbarie, mon fils aîné Muhammad Sabbagh est enfermé, il est condamné à 4 perpétuités. Son nom a été rayé plusieurs fois de toutes les opérations d'échanges de prisonniers. Nous espérons aujourd'hui que la résistance islamique au Liban et la résistance palestinienne à Gaza puisse libérer nos enfants et mettre fin à nos souffrances. Les forces de l'occupation ont assasiné mon fils Alaa Sabbagh, dirigeant des Brigades des martyrs d'al-Aqsa, elles ont détruit notre maison. Nous vivons dans l'espoir que Muhammad revienne à sa famille.

L'armée israélienne utiliserait des armes chimiques à Gaza

"Le Ministère de la Santé palestinien a révélé lundi dernier que l'armée israélienne a utilisé un nouveau type d'explosif lors de son offensive contre la Bande de Gaza. Ces explosifs contiennent des éléments toxiques et radioactifs qui brûlent et déchirent le corps des victimes de l'intérieur et provoquent des déformations durables."

Cette fois, c'était mes voisins par Ibrahim Barzak *

La poussière âcre, l'odeur de poudre, le tonnerre des obus qui explosent, le bruit des vitres qui se brisent, les pleurs et les hurlements. Un journaliste qui couvre la Bande de Gaza doit y s'habituer, comme la population prise au piège du conflit israélo-palestinien. Mais cette fois, ces femmes et ces enfants qui criaient étaient mes voisins... Il faisait chaud, l'électricité était coupée. J'attendais un coup de téléphone et j'étais en train de me pencher vers le balcon quand quelque chose m'a frappé par derrière. En tombant par terre, je me suis dis que ça devait être une porte.

Avant de m'épousseter et d'évaluer les dégâts, j'ai pu appeler pour transmettre l'information à l'agence et annoncer que le ministère avait été bombardé dans le cadre de l'offensive menée depuis deux semaines par l'armée israélienne après la capture d'un de ses soldats.

La déflagration de 1h30 du matin a transformé un quartier entier en zone de guerre. Mes voisins et moi faisions partie des dommages collatéraux.

Treize personnes ont été blessées, des voitures détruites. Une portière de la mienne, avec ses deux gros logos "AP" à l'avant et à l'arrière, a été arrachée.

Alors que les habitants de l'immeuble sortaient terrifiés dans les couloirs plongés dans l'obscurité, nous avons tenté de nous organiser. Avec un voisin, nous avons entrepris d'assurer que tout le monde allait bien. Armés d'une torche, un journaliste et un porte-parole du Fatah se sont ainsi retrouvés à frapper aux portes.

Au troisième étage, nous avons trouvé un vieil homme. Pour tenter de trouver le sommeil dans la chaleur accablante de Gaza, il s'était réfugié sur son balcon. Il était inconscient et nous l'avons transporté à l'intérieur où les secours l'ont récupéré et conduit à l'hôpital. Nous avons ensuite appris qu'il avait seulement été choqué par l'explosion et sonné par la déflagration.

Dans la rue, un de mes voisins portait dans ses bras ses fillettes, âgées de six ans et sept mois. Le bébé était couvert de poussière.

Comme mon lit lorsque je suis rentré chez moi plus tard dans la matinée. Toutes les vitres avaient été soufflées, et des éclats d'obus jonchaient le sol. L'ours en peluche de mon enfance était enseveli sous les éclats de verre. Aujourd'hui, je vais tenter de tout déblayer. J'irai parler à ma femme, qui doit accoucher d'un jour à l'autre. L'hôpital, où elle doit donner naissance à notre enfant, a réclamé 25 litres d'essence pour un générateur car l'approvisionnement en électricité ne peut être garanti. J'essaierai de voir si je peux trouver une autre portière pour la voiture.

Mais je ne réparerai pas les fenêtres. Du moins, pas tant que durera l'offensive actuelle.

( * ) Le journaliste Ibrahim Barzak, 30 ans, couvre la Bande de Gaza depuis 1992 pour l'agence américaine Associated Press (AP). Il habite en face du siège du ministère palestinien des Affaires étrangères, bombardé dans la nuit de mercredi 12 à jeudi 13 juillet 2006 par l'aviation israélienne.

La résistance palestinienne solidaire de la résistance libanaise

par Ali Samoudi - Jénine

Zakaria Zubaydi, dirigeant des Brigades des martyrs d'al-Aqsa, en Cisjordanie, a affirmé que l'opération menée par la résistance islamique au sud du Liban est un coup sévère à Israël et un message affirmant que la résistance ne s'arrêtera pas tant qu'il y a occupation, tant que le dossier des détenus palestiniens et arabes dans les prisons de l'occupation reste ouvert.

La vie de l'autre côté de la Palestine

" Au-delà de la rangée de montagnes arides de Judée, à l'est de Jérusalem, se trouve la Vallée du Jourdain, un lieu dont les médias parlent peu bien que 52 000 Palestiniens y ont leur maison et qu'il représente 30 % du territoire de la Cisjordanie."

Pages

S'abonner à RSS - Nouvelles de Palestine