Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Nouvelles de Palestine

La rubrique de nos amis en Palestine

Le nettoyage de Yafa

Compte-rendu détaillé d'un témoin oculaire

Par Shukri Salameh, Novembre 2000

Je suis membre d'une longue lignée traditionnelle d'Arabes Palestiniens de la ville renommée de Ramallah. Mes parents, deux de leurs frères et trois de leurs soeurs vivaient à Jerusalem et appartenaient à l'église anglicane évangélique arabe qui avait son quartier général à Jerusalem. Un des frères était dentiste, l'autre juge. Deux des soeurs étaient secrétaires et la plus jeune était professeur à l'institut de formation des professeurs à Jerusalem. De 1941 au 26 Avril 1948, j'ai vécu à Yafa où j'avais une clientèle prometteuse en tant qu'avocat. J'ai épousé ma femme, originaire de Jerusalem, en 1943 et j'ai établi le foyer de ma famille à Yafa. Mon frère aîné vivait et exerçait son métier de dentiste à Haïfa, mes trois soeurs étaient mariées: l'une vivait dans le quartier Qatamon à Jerusalem, la deuxième en Angleterre et la troisième dans le quartier Musrara à Jerusalem. Mon autre frère travaillait à Yafa et vivait à Ramleh.

Le geste d'un Palestinien sauve des vies israéliennes

Par Marc Henry, correspondant à Jérusalem du Figaro

Ahmad, un enfant de 12 ans, a été tué par des soldats israéliens. Son père a décidé de faire don de ses organes.

« J'ESSAIE DE RESTER un être humain. » C'est par cette phrase touchante de simplicité qu'Ismaïl al-Khatib justifie la décision la plus douloureuse de sa vie. Ce père palestinien a accepté de faire don des organes de son fils de 12 ans, Ahmad, tué la semaine dernière par des tirs de soldats israéliens à Jénine, dans le nord de la Cisjordanie. Malgré ce tragique coup du sort, il s'est refusé à succomber à la haine et à la vengeance. Il a au contraire permis de sauver les vies de ceux qui sont censés être des « ennemis ».

Rapport Amnesty International 2005

Plus de 700 Palestiniens, dont quelque 150 enfants, ont été tués par l'armée israélienne. La plupart ont été victimes d'homicides illégaux résultant d'une utilisation excessive de la force, de tirs inconsidérés, ou encore de bombardements aériens et canonnades visant des zones d'habitation ; d'autres ont été la cible d'exécutions extrajudiciaires. Des membres de groupes armés palestiniens ont tué 109 Israéliens, dont 67 civils parmi lesquels figuraient huit enfants. Les victimes ont été abattues ou ont trouvé la mort à la suite d'attentats-suicides ou de tirs de mortier. Les restrictions draconiennes imposées par l'armée israélienne à la liberté de mouvement des Palestiniens dans les territoires occupés ont entraîné une hausse de la pauvreté et du chômage et entravé l'accès à l'éducation et aux soins médicaux. L'armée israélienne a démoli plusieurs centaines d'habitations palestiniennes, dévasté de grandes étendues de terres agricoles et détruit des équipements. Israël a poursuivi l'expansion des colonies illégales et la construction du mur/barrière en Cisjordanie. Les Palestiniens étaient de ce fait cantonnés dans des enclaves et n'avaient plus accès à leurs terres ni aux services essentiels situés dans les localités proches. Les colons israéliens ont multiplié les attaques contre des Palestiniens et leurs biens, ainsi que contre des militants étrangers des droits humains. Certaines des violations imputables aux soldats israéliens étaient des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité, notamment les homicides illégaux, les destructions massives et injustifiées de biens, les entraves aux soins, la prise pour cible du personnel médical, les actes de torture et l'utilisation de Palestiniens comme boucliers humains. Les attaques délibérées contre des civils perpétrées par des groupes armés palestiniens constituaient des crimes contre l'humanité.

La situation dans la bande de GAZA toujours bouclée

"Bien que les troupes d'occupation se soient redéployées autour de la Bande de Gaza, le gouvernement israélien maintient l'occupation par le contrôle de toutes les sorties et postes frontière qui la délimitent", rapporte le PCHR (Centre Palestinien pour les Droits de l'Homme)dans l'un de ses dernirs rapports.

Ahmet Saadat (FPLP) & Hassan Youssef (Hamas)

En août dernier, nous nous sommes entretenus avec Ahmet Saadat dans sa prison de Jéricho, Ahmet Saadat est devenu le secrétaire général du FPLP (Front Populaire pour la Libération de la Palestine) Hassan Youssef, que nous avions interviewé en août 2005, vient d'être arrêté par l’armée israélienne, lors d'une rafle massive de militants palestiniens de différents partis dans toutes les villes de Cisjordanie, dimanche 25 septembre 2005

Les Palestiniens de Akka résistent contre leur expulsion forcée

Akka - rapport de Quds Press du 14 octobre 2005

Sur un canapé modeste, dans une pièce qui fait salle de séjour, dans le quartier Barbour, Musa Ashqar, 49 ans, fait le récit des pratiques du gouvernement sioniste contre les habitants palestiniens de Akka, qui sont restés chez eux. Il accorde au ministère de l'intérieur ainsi qu'aux diverses administrations de l'Etat la note de 100 sur 100 pour avoir réussi à faire un enfer, de la vie des Palestiniens de la ville côtière de Akka.

Cinq ans de violations systématiques des droits des enfants palestiniens

A l'aube de la sixième année de l'Intifada al-Aqsa, les forces de l'occupation israélienne poursuivent leurs violations des droits des civils palestiniens, et notamment les enfants.

Trois mille enfants commémorent le martyre de Muhammad al-Durra

Près de trois mille enfants palestiniens ont participé le vendredi 30 septembre à une marche organisée par le Jihad Islamique à l'occasion du début de la 6ème année de l'Intifada al-Aqsa, pour la commémoration de l'enfant martyr Muhammad el-Durra. Commençant près de la mosquée située au sud de la ville de Gaza, la marche des enfants s'est achevée près du lieu où l'enfant Muhammad ad-Durra a été assassiné par les soldats israéliens, au début de l'Intifada al-Aqsa, en l'an 2000.

Les enfants portaient les drapeaux palestiniens et les fanions noirs, où les noms de Muhammad al-Durra, Fares Awda et Iman Hijjo étaient inscrits.

Malgré et contre le siège, La ville de Nablus reprend ses activités culturelles et artistiques

Après cinq années où les activités culturelles et artistiques dans la province de Nablus étaient pratiquement absentes, du fait des raids répétés et des campagnes d'assassinats et de destructions menées par les forces de l'occupation et du fait du siège infernal imposé à la province, plusieurs institutions se sont mises en route pour donner à nouveau la considération nécessaire au rôle de la culture et des arts dans la société. Plusieurs associations locales ont ainsi donné l'occasion à des groupes et des individus de présenter leurs productions créatives, toutes empreintes de dimensions à la fois artistiques, politiques ou tout simplement humaines.

apartheid et occupation contre éducation; " Que retiendra l'Histoire : le mur ou l'école ? "

Alors que les établissements scolaires arabes de Jérusalem Est préparent la nouvelle année scolaire de début septembre 2005, près de 700 enseignants employés par ces établissements ne pourront pas rejoindre leurs classes. Avec le mur d'apartheid autour de Jérusalem proche d'être terminé, qui coupe Jérusalem Est de son arrière pays arabe naturel, et avec les restrictions à l'entrée dans Jérusalem qui deviennent de plus en plus sévères, les enseignants qui ne disposent ni de cartes d'identité israélienne ni d'autorisation spéciale ne pourront plus se rendre sur leur lieu de travail. De même, de nombreux élèves qui habitent la région seront empêchés de rejoindre leurs écoles.

Pages

S'abonner à RSS - Nouvelles de Palestine