Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Nouvelles de Palestine

La rubrique de nos amis en Palestine

Un livre scolaire par les Palestiniens et pour les Palestiniens de 48

Une alternative à l'enseignement sioniste dans les écoles arabes

La ministre sioniste de l'éducation, Livnat, poursuit sa campagne virulente contre une initiative éducative menée par un groupe d'intellectuels visant à protéger l'identité nationale auprès de la jeunesse arabe. La ministre a attaqué les responsables de cette initiative en les menaçant de porter plainte, insistant sur le fait que le ministère sioniste est la seule partie autorisée à émettre des livres scolaires.

Le terminal de Rafah : la décision n'est pas entre nos mains

J'ai vu un négociateur palestinien, dire sur le petit écran, à propos de l'accord spécial concernant le terminal terrestre de Rafah que "la décision est finalement entre nos mains". Le négociateur voulait dire que malgré la présence d'une troisième partie dans l'accord spécial sur le terminal de Rafah, la décision finale, y compris le passage des personnes par ce terminal est entre les mains de l'Autorité Palestinienne. Israël peut, selon ses déclarations, protester et s'opposer, mais Israël ne peut assurer la matrîse de qui rentre ou sort, il ne peut empêcher les personnes dont les noms sont classés dangereux d'entrer dans la bande de Gaza.

C'est l'esprit de la résistance à Jénine qui est visé par l'occupant

Correspondance de Ali Samoudi, Jénine

Pour la troisième journée, l'armée israélienne d'occupation a mené un raid sur Jénine. Plus de 30 blindés militaires, selon les témoins, sont entrés cet après-midi à partir de l'entrée sud de la ville, bloquant toute la région. La population a affirmé que l'occupant encercle les quartiers de Sekka et Jabal Abu Dhahir ainsi que la rue Jénine-Nablus.

Plus de 200 oliviers sciés par les colons près de Naplouse

Dimanche, des Palestiniens ont affirmé que des colons avaient abattu plus de 200 oliviers dans le village de Salem, près de Naplouse. Ils ont dit à la police que les colons étaient arrivés de nuit et avaient abattu les oliviers à la tronçonneuse. La police cherche à mettre la main sur les colons responsables.

Cette destruction intervient un jour après que des volontaires du Mouvement kibboutzique, emmenés par Yoel Marshak, le chef de cette mission, eurent aidé les habitants de Salem à remettre en état leurs vergers détruits par des colons d¹Elon Moreh voici un mois. Les agriculteurs palestiniens ne se rendaient plus dans leurs vergers depuis leur destruction, par crainte d¹être attaqués par les colons.

"NOUS SOMMES TOUJOURS OCCUPES A GAZA"

"Deux mois après le retrait israélien de la Bande de Gaza, rien n'a changé pour plus d'un million de Palestiniens qui vivent une situation très difficile à cause des mesures israéliennes qui contrôlent toujours l'entrée et la sortie de la Bande de Gaza, mais surtout,les Israéliens contrôle l'économie de la Bande de Gaza comme toute l'économie palestinienne.

Nos organes sont-ils des pièces de rechange pour eux ?

Par Rashad Abi Shawar (écrivain palestinien, auteur de plusieurs romans)

Au cours de la grande Intifada, les soldats de l'occupation se lançaient des défis pour savoir lequel était meilleur pour tuer des Palestiniens, par une seule balle dans la tête. En quelques secondes, quatre jeunes Palestiniens tombèrent, touchés à la tête. Deux furent tués sur le coup, l'âme de l'autre rejoignit le Seigneur deux jours après, et le quatrième resta accroché à la vie malgré la mort cérébrale clinique.

Pas coupable, le capitaine qui a tiré 17 balles dans le corps d'une écolière palestinienne...

L'officier avait ignoré les avertissements selon lesquels la fillette était terrifiée. La défense a déclaré : « confirmer la mort » est une pratique usuelle.

Un officier israélien qui a vidé en entier le chargeur de son fusil automatique sur une fillette palestinienne de 13 ans et qui a fait savoir qu'il aurait fait la même chose même si elle avait eu trois ans, a été entièrement acquitté par une cour militaire hier.

Un nettoyage ethnique en cours : Beer Hashash dans le Naqab

Des ambulances ont emmené à l'hôpital de Beer Saba' plusieurs blessés du village de Beer Mashash, village non reconnu du Naqab, qui a subi ce jour, vers midi, une agression sanglante de la police sioniste, qui a utilisé les armes à feu. 18 personnes ont été blessées, dont 12 femmes, parce qu'elles se sont opposées à l'entrée des forces de police dans leurs maisons. Ce soir, deux femmes enceintes risquent d'avorter, un homme âgé de 70 ans est dans un état grave.

Le nettoyage de Yafa

Compte-rendu détaillé d'un témoin oculaire

Par Shukri Salameh, Novembre 2000

Je suis membre d'une longue lignée traditionnelle d'Arabes Palestiniens de la ville renommée de Ramallah. Mes parents, deux de leurs frères et trois de leurs soeurs vivaient à Jerusalem et appartenaient à l'église anglicane évangélique arabe qui avait son quartier général à Jerusalem. Un des frères était dentiste, l'autre juge. Deux des soeurs étaient secrétaires et la plus jeune était professeur à l'institut de formation des professeurs à Jerusalem. De 1941 au 26 Avril 1948, j'ai vécu à Yafa où j'avais une clientèle prometteuse en tant qu'avocat. J'ai épousé ma femme, originaire de Jerusalem, en 1943 et j'ai établi le foyer de ma famille à Yafa. Mon frère aîné vivait et exerçait son métier de dentiste à Haïfa, mes trois soeurs étaient mariées: l'une vivait dans le quartier Qatamon à Jerusalem, la deuxième en Angleterre et la troisième dans le quartier Musrara à Jerusalem. Mon autre frère travaillait à Yafa et vivait à Ramleh.

Le geste d'un Palestinien sauve des vies israéliennes

Par Marc Henry, correspondant à Jérusalem du Figaro

Ahmad, un enfant de 12 ans, a été tué par des soldats israéliens. Son père a décidé de faire don de ses organes.

« J'ESSAIE DE RESTER un être humain. » C'est par cette phrase touchante de simplicité qu'Ismaïl al-Khatib justifie la décision la plus douloureuse de sa vie. Ce père palestinien a accepté de faire don des organes de son fils de 12 ans, Ahmad, tué la semaine dernière par des tirs de soldats israéliens à Jénine, dans le nord de la Cisjordanie. Malgré ce tragique coup du sort, il s'est refusé à succomber à la haine et à la vengeance. Il a au contraire permis de sauver les vies de ceux qui sont censés être des « ennemis ».

Pages

S'abonner à RSS - Nouvelles de Palestine