Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Opinions

La journée internationale de l’eau 2017 et la société israélienne MEKOROT

Alors que le 21 mars était comme chaque année célébré comme « journée internationale de l’eau », nous avons tenté d’en savoir un peu plus au sujet des partenariats établis avec MEKOROT, la société israélienne de l’eau, dans le cadre de Horizon 2020 (le huitième programme-cadre européen qui organise le financement de projets de recherche et développement industriels).

Comment tenir Israël pour responsable du crime d’apartheid

Un nouveau rapport de l’ONU conclut qu’Israël est coupable de politiques qui relèvent de l’apartheid et, par conséquent, de crimes contre l’humanité. Il est désormais temps d’agir

La colonisation israélienne soigne sa com'

Israël est un sous-produit anachronique du colonialisme européen du XIXe siècle

On s’interrogera également pour comprendre comment la population originelle de la Palestine est dispersée dans des camps de réfugiés, une partie étant soumise à un pouvoir militaire d’occupation, et une minorité d’entre-elle, seulement, disposant de la citoyenneté dans le nouvel État d’immigrés, qui se considère comme faisant partie de l’Occident.

Les réponses à ces interrogations se situent dans un contexte en dehors duquel le conflit entre le sionisme et le monde arabe demeure incompréhensible; à savoir : le colonialisme.

Tout Israël aime les guerres

Israël aime les guerres. Il en a besoin. Il ne fait rien pour les empêcher et, parfois, il les provoque. Il n’y a pas d’autre façon de lire le rapport de la Cour des comptes de l’État sur la guerre de Gaza en 2014 et il n’y a pas de conclusion plus importante à en tirer.

Ne pas lâcher prise sur la Ligne verte : c’est le talon d’Achille d’Israël

Le poète Dylan Thomas exhortait son père – et tous ceux qui approchent de la mort – « N’entre pas apaisé dans cette bonne nuit » mais « rage, rage encore lorsque meurt la lumière ». La mort de la solution à deux États est prédite depuis près de vingt ans, depuis qu’il est devenu évident qu’Israël a signé le processus de paix d’Oslo en 1993 sans aucune intention de permettre un État palestinien souverain.

Les Palestiniens devraient-ils demander justice devant la Cour pénale internationale ?

Il ne fait aucun doute que la lune de miel entre Netanyahou et Trump a encore affaibli les espoirs palestiniens déjà ténus d’une paix durable basée sur un compromis politique.

Le plus gros coup a été l’abandon désinvolte de la solution à deux États par le président Trump, couplé à l’approbation d’une solution à un État, à condition que les parties acceptent une telle solution – un résultat presque impossible à imaginer.

Faire l’économie de la libération de la Palestine : le piège de la solution d’un seul Etat

Trump lance un défi à l’Autorité palestinienne

Le président américain Donald Trump a provoqué des ondes de choc internationales mercredi en annonçant qu’il n’était pas attaché à une solution à deux États dans le conflit israélo-palestinien. Cependant, ce choc repose en grande partie sur deux suppositions erronées.

Quand Israël et la Grande-Bretagne célèbrent le traumatisme historique des Palestiniens

Après cent ans, la Grande-Bretagne semble en être au même stade moral que lorsque le secrétaire britannique aux Affaires étrangères, Arthur Balfour, écrivait à un dirigeant de la communauté juive britannique, le baron de Rothschild, lui promettant l’établissement d’un « foyer national » pour le peuple juif en Palestine.

Pages

S'abonner à RSS - Opinions