Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Opinions

Une gifle plus virulente que d’autres

L’espoir perdu des Palestiniens

 

L’Organisation de la coopération islamique (OCI) a appelé le monde à reconnaître Jérusalem-Est comme capitale d’un État palestinien, en réponse à la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

Dans les Territoires occupés, les Palestiniens croient de moins en moins à la solution à deux États. En Jordanie, où les réfugiés palestiniens sont les plus nombreux, le droit au retour ne mobilise plus.

l’Autorité de Ramallah tente de manipuler à son profit la colère palestinienne

Plus tôt cette semaine, les agences de presse ont prophétisé à l’unisson des émeutes, du sang, une plus grande instabilité régionale ou même une guerre si Donald Trump annonçait que Jérusalem était la capitale d’Israël. Globalement, les dirigeants politiques ont exprimé un sentiment similaire en s’opposant à l’annonce de Trump, avertissant que cela « plongerait la région dans une nouvelle crise sans fin ». L’Autorité Palestinienne (AP), rejointe par la plupart des organisations politiques palestiniennes, a déclaré des « Jours de colère » si Trump faisait son annonce.

Statut de Jérusalem : une faillite au niveau international

La reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël est un autre coup douloureux pour les Palestiniens car elle démontre une fois de plus comment les puissances internationales agissent sans reconnaître ni faire appliquer les droits des Palestiniens.

Est-ce que la décision de Trump pour Jérusalem va changer quelque chose ?

Si vous aviez demandé à ma mère – et à la plupart des gens de sa génération – ce que la décision de Donald Trump de déplacer l’ambassade des États-Unis à Jérusalem allait changer, la réponse aurait sans doute été : « Absolument rien ».

La fermeture du bureau de l’OLP à Washington serait une chance pour la Palestine

Sans le savoir ou l’avoir prévu, l’administration Trump a peut-être fait aux Palestiniens un cadeau dont ils ont grandement besoin. La semaine dernière, l’administration a annoncé qu’elle ne renouvellerait pas l’autorisation de six mois pour le bureau de la délégation de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Washington, DC. En réponse, le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré que toutes les relations avec les États-Unis seraient suspendues.

La Palestine sera-t-elle liquidée avec la complicité arabe ?

Le sionisme est un mouvement colonial inventé au 19ème siècle pour transformer une Palestine multi-religieuse en l’ « Etat juif d’Israël » d’apartheid. Il devait être « un rempart de l’Europe contre l’Asie, un avant-poste de la civilisation contre la barbarie » (Herzl dans L’Etat des Juifs). Cette idée coloniale raciste n’a pas changé depuis la fondation de la « Jewish Colonization Association » en 1981 et du Congrès sioniste mondial en 1897.

Richard Falk : « Nétanyahou évolue vers une démocratie non libérale »

Selon l’ancien rapporteur spécial de l’ONU dans les territoires palestiniens, auteur d’un rapport très controversé, le premier ministre israélien cherche à instaurer un système de domination « soft », plutôt que de permettre la création d’un Etat palestinien.

Le plan de paix de Trump au Moyen-Orient : un projet mort-né ?

Pour les Palestiniens, l’« accord ultime » de Trump est un ultimatum

Une équipe américaine est en voie de finaliser l’« accord ultime » du président Donald Trump, un traité de paix entre les Palestiniens et les Israéliens, révèlent à Middle East Eye un diplomate occidental et des responsables palestiniens.

Le diplomate, anonyme car non autorisé à discuter de ce sujet avec les médias, donne le détail du contenu de l’accord :  

Pages

S'abonner à RSS - Opinions