Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Opinions

La tragédie Palestinienne finira-t-elle un jour ou sera-t-elle éternelle

Par : Anas FAOUR

Mesdames, Messieurs,

C'est le 60ème anniversaire de la résolution 181 sur le partage de la Palestine [1], le 29 Novembre 1947, c'est le 90ème anniversaire de la déclaration Balfour le 2 Novembre 1917 [2], et c'est aussi le 20ème anniversaire de la Première Intifada Palestinienne le 7 Décembre 1987 [3]. En regardant les trois anniversaires, une question est dans toutes les têtes : la tragédie du peuple palestinien après 30 ans du mandat anglais [4] et 60 ans d'exil, et de marginalisation. Cette tragédie finira-t-elle un jour ou sera-t-elle éternelle ? Aujourd'hui, nous vivons des moments difficiles, nous le savons tous, des moments importants, au niveau politique, légal, socio-économique, et culturo-éducatif.

Rama Yade semble très populaire dans la communauté juive française.

www.israelvalley.com

IsraelValley reprend un article paru en France qui cite … Israelvalley. Ainsi, selon lyon.novopress. info

Un Etat, deux Etats en Palestine : le faux débat

Depuis quelques années, et plus précisément après 2003, des discussions sont engagées dans des cercles restreints en Palestine, dans le monde arabe et dans les milieux de la solidarité en Europe et ailleurs, sur la solution politique future de la question palestinienne : un Etat ou deux Etats ?

Si nous essayons d'examiner exactement l'émergence et le contenu de la question, nous réalisons alors que sous les termes « un Etat » ou « deux Etats » se cachent différentes attitudes, allant du sionisme à l'antisionisme.

les Etats-Unis préparent la guerre civile en Palestine et obtiennent le soutien arabe contre l'Iran

Par Chris Marsden, Analyse

Parfois, le sommet d'Annapolis semblait être une pièce de théâtre amateur mal montée : des poignées de main manquées, les pannes du service de traduction, le président Bush qui ne peut nommer correctement le président palestinien Mahmoud Abbas et Abbas lui-même qui suit Bush et le premier ministre israélien Ehoud Olmert comme s'il avait oublié sa prochaine ligne.

Un voleur qui mettrait ses conditions

Par Gideon Lévy

En Israël, le discours public est momentanément sorti de sa torpeur : « Donner, ou ne pas donner ? », telle est la question shakespearienne, « faire, ou ne pas faire de concessions ? »

Perspectives pour la Résistance Palestinienne

Par Robert Bibeau

Israël, une colonie blanche-juive-occidentale au coeur du Proche-Orient arabo-musulman, à proximité de l'une des plus grandes réserves pétrolières de la planète.

Interview du secrétaire général du Jihad islamique : le sommet d'Annapolis pour masquer l'échec américain

Ramadan Shallah, secrétaire général du Jihad islamique

« Aucun règlement n'est en vue. Il y a course entre ceux qui veulent la guerre et ceux qui la refusent » « Le sommet d'Annapolis a pour but de masquer l'échec américain et de préparer le camp de la modération pour une future guerre ».

Dans une interview sur la chaîne al-Jazeera, diffusée le 12 novembre dernier, le secrétaire général du Jihad islamique définit les traits de la période présente en montrant la vanité des espoirs de ceux qui accourent vers les propositions américano-sionistes.

Annapolis : Ce n'est pas une réunion de paix, mais un conseil de guerre

 par Michel Warschawski

L'OLP n'est plus capable de piloter la Palestine

Par Khalid Amayreh

Ce n'est un secret pour personne que l'actuelle Organisation de Libération de la Palestine, dirigée par Mahmoud Abbas, Président de l'Autorité Palestinienne avalisée par les Américains, n'est plus capable de piloter la cause palestinienne vers les rivages du salut. La malheureuse organisation, profondément corrompue, est sénile, obsolète et complètement antidémocratique, et ne peut plus représenter l'ensemble des masses palestiniennes, en Palestine et dans la Diaspora.

Un ouvrage dénonce le soutien inconditionnel de Washington à Israël

par Philippe GRANGEREAU

Lorsqu'en 2006, l'ambassadeur de France aux Etats-Unis a invité la candidate à l'élection présidentielle, Hillary Clinton, celle-ci lui a adressé ce message très direct : « Je ne parle avec aucun ambassadeur, sauf un, l'ambassadeur d'Israël. » Cet échange confirme l'importance cardinale d'Israël dans la politique intérieure des Etats-Unis.

Pages

S'abonner à RSS - Opinions