Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Opinions

Quel est le contexte de l'opération du Hezbollah et de la destruction israélienne du Liban ?

Dilemme entre l'agenda régional et l'agenda local. Par Sari Hanafi

Les combattants libanais du Hezbollah ont capturé deux soldats israéliens dans une incursion frontalière le 12 juillet.

Cette action a été suivie par des attaques israéliennes destructrices contre des cibles libanaises du Hezbollah et en particulier contre l'infrastructure libanaise (l'aéroport, les ports, 56 ponts, 4 centrales électriques, les routes, etc.) entrainant jusqu'ici la mort de plus de 145 civils Libanais et blessé des centaines d'autres et imposant au Liban un blocus aérien, maritime et terrestre.

Al-Qassam : une arme militaire ou une arme politique ?

Par Hashim Hamdane

"J'ai tiré sur le policier palestinien, pendant que d'autres tiraient sur les cinq autres personnes. J'ai vidé mon chargeur entier sur lui pour m'assurer de sa mort, puis je l'ai retourné sur le dos. C'était un homme gras, de cinquante ans. Son cadavre était troué. C'était la première fois que je tuais quelqu'un... Ce fut un vrai plaisir..."

Il s'agit des paroles d'un soldat de l'occupation, après l'exécution de sang-froid d'une mission de vengeance, où 15 soldats palestiniens furent assassinés.

Une lecture de l'appel du père du Caporal Shalit : quand l'espoir est à l'épreuve de la réalité

Par Rana El-Khatib, in The Daily Star/Beyrouth du lundi 3 juillet 2006

En lisant le Jerusalem Post en ligne, je suis tombée sur des propos tirés d'une lettre que Noam Shalit a écrit à son fils, Gilad Shalit, le caporal de l'armée israélienne enlevé. Dans cette lettre il tente d'en appeler à l'humanité des ravisseurs palestiniens, leur disant qu'il espère qu'ils traitent son fils de la même manière qu'Israël traite les prisonniers palestiniens. Il poursuit en indiquant : J'espère que ceux qui détiennent Gilad ont des femmes et des familles, ainsi ils peuvent savoir ce que nous éprouvons.

« Liquider » et « Disperser »

PAR YITZHAK LAOR dans le journal istalien Il Manifesto

"Deux registres linguistiques différents dominent l'hébreu quand il s'agit de la lutte palestinienne pour l'indépendance et de la guerre contre celle-ci : l'hébreu pur et l'hébreu brut.

une guerre contre les enfants

Par John Pilger, 17 Juin 2006

Arthur Miller écrivit « Peu d'entre nous ont la faculté d'appréhender cette idée qu'une société peut devenir insensée. L'idée qu'elle peut perdre la tête et punir autant d'innocents est intolérable. Alors toutes les preuves doivent être occultées. »

Provocation sioniste Le Conseil de Paris unanime pour dédier une place à Theodore Herzl

Merci aux éluEs du PCF et d'Alternative Citoyenne pour cet acte de solidarité avec Israël, acte hautement symbolique que tous citoyens solidaires du peuple Palestinien comprendront que leur combat et vain.....

L'illusion dissipée : plus qu'une opération militaire de la résistance

La dernière opération de la résistance militaire palestinienne, l'Illusion dissipée, est une grande opération, savamment organisée et menée, de l'aveu même des responsables sionistes.

"L'illusion dissipée" est le nom de code de cette opération menée par trois organisations militaires, les branches armées des Comités de la Résistance populaire et du mouvement Hamas et l'armée de l'Islam, une organisation nouvelle ou peu connue jusqu'à maintenant. L'opération a un nom de code, l'Illusion dissipée, ce qui rappelle les noms de code donnés par les dirigeants sionistes aux invasions ou assassinats, dans un esprit de se mesurer à l'occupant sioniste.

« Il n'y aura pas de guerre civile en Palestine »

Elias Sanbar et Mardam-Bey aux Débats d'El Watan

Les affrontements se limitent à des groupes d'individus. Le peuple palestinien observe de loin ces scènes non sans regret. » Avec cette déclaration, Elias Sanbar, historien palestinien, écarte le spectre d'une guerre civile qui plane sur le ciel agité de la Palestine.

Que cache l'apartheid israélien ?

Par Rim al-Khatib

Depuis quelques années, le terme apartheid est de plus en plus utilisé pour décrire l'oppression que fait subir l'Etat sioniste d'Israël au peuple palestinien. C'est surtout au cours de la campagne contre le mur que construit l'Etat d'Israël en Cisjordanie (al-Quds compris)que ce terme d'apartheid s'est étendu, en parlant d'abord du "mur de l"apartheid", puis en généralisant ce terme, à partir de la construction du mur, pour décrire l'ensemble des actes de discrimination et d'oppression menés par l'Etat sioniste.

Al-Quds : 39 ans d'occupation

Par Nawaf Zirro

5 juin 2006

Un des paradoxes les plus étranges qui domine la scène palestinienne, à l'occasion de la 39ème commémoration de la défaite de juin et de l'occupation de la Cisjordanie, de Gaza, du Sinaï et du Golan, concerne la situation de la ville sainte qui bénéficie, à elle seule, théoriquement et médiatiquement, de l'unanimité arabo-musulmane, affirmant qu'elle est le coeur et le joyau des deux nations, ainsi que leur capitale religieuse, tout autant qu'elle est la capitale de l'Etat palestinien imminent.

Pages

S'abonner à RSS - Opinions