Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Opinions

PALESTINE : LES TERMES DU COMBAT VONT CHANGER.

Entretien de Silvia Cattori avec Pierre-Yves Salingue, Novembre 2005.

2 - La solidarité : les racines de l'impasse

La deuxième partie analyse comment le mouvement de solidarité qui s'est construit depuis la deuxième Intifada a refusé d'être un mouvement de soutien à la lutte de libération nationale des Palestiniens. Encouragé par l'Autorité palestinienne il s'est cantonné à n'être qu'un mouvement « pour la Paix » par la négociation, réduisant la lutte des Palestiniens à la fin de l'occupation de la Cisjordanie et de Gaza. En acceptant, voire en défendant, l'Etat sioniste d'Israël tel qu'il est, ce mouvement ne pouvait qu'écarter le droit au retour des réfugiés et devait ignorer l'existence des Palestiniens de 1948. La disparition de l'illusion de l'Etat palestinien indépendant aux côtés de l'Etat sioniste plonge ce mouvement dans une crise d'orientation majeure.

PALESTINE :les termes du combat vont changer

Entretien de Silvia Cattori avec Pierre-Yves Salingue, Novembre 2005.

1 - Les Palestiniens pris au piège des accords d'Oslo

La première partie de cet entretien - précédée d'une rapide appréciation de la situation actuelle de la lutte des Palestiniens pour leurs droits - livre une analyse concernant la façon dont la direction de l'OLP, en s'engageant dans les accords d'Oslo, a été conduite à détruire le mouvement de libération nationale et à y substituer un organe d'auto gouvernement totalement dépendant des subsides internationaux, structurellement lié à l'Etat sioniste et essentiellement chargé d'assurer la sécurité d'Israël en contenant les aspirations palestiniennes exprimées par la 1ère Intifada. A l'ombre de négociations interminables l'Autorité palestinienne a favorisé le développement d'une élite pendant que la colonisation s'intensifiait, détruisant chaque jour davantage les conditions d'existence des Palestiniens. La deuxième Intifada n'a pas suffi à enrayer cette dérive. Pour Pierre-Yves Salingue le constat d'échec est cinglant, l'hypothèse d'un état palestinien indépendant formé sur une portion de la Palestine historique est définitivement close.

Un monde où Israël n'existerait pas

Par Muhsin Salih

J.Joffe a écrit récemment un article ayant le même titre "un monde où Israël n'existerait pas", publié par la revue Foreign Policy, qui est une des revues les plus spécialisées dans les relations extérieures des Etats-Unis, et qui a obtenu le prix de la meilleure revue dans ce pays.

Joffe discute l'idée selon laquelle Israël est la cause de tous les problèmes du Moyen-Orient, rejetant cette idée pour affirmer que si nous imaginons un monde sans Israël, les conflits et les problèmes du monde arabe se poursuivraient.

Le Monde diplomatique et L'Industrie de l'Holocauste

Analyses Par Marc-Antoine Coppo, Universitaire

Marc-Antoine Coppo, Universitaire, co-auteur de La Manipulation à la française, Economica, Paris, 2003.

Les journalistes de la presse écrite sont des gens pressés (l'actualité n'attend pas), c'est pourquoi lorsqu'ils font la critique d'un livre, il n'est pas rare qu'ils n'aient lu, en réalité,qu'une infime partie de l'ouvrage qu'ils présentent à leurs lecteurs (en général l'introduction, voire même uniquement la préface). Cette pratique, si elle peut aisément s'expliquer par des contraintes de temps inhérentes à la profession, peut devenir détestable si, comme cela arrive parfois, le journaliste consacre l'essentiel de sa critique à discréditer moralement et intellectuellement l'auteur de l'ouvrage en se basant essentiellement sur des ouï-dires.

La mentalité sioniste et la prétendue paix !

Par I'tiraf Rimawi, écrivain palestinien vivant à Ramallah

Quiconque examine de près les pratiques d'Israël, actuelles ou historiques, peut réaliser l'ampleur de la duperie et du mensonge tissés, tant dans la pratique que dans ses médias. Nous n'aborderons pas ici en profondeur les manifestations de la mentalité sioniste qui fabrique et invente les affaires et les événements, tout en les manipulant selon deux faces, le principal demeurant l'expression permanente de la vision coloniale et raciste de cette entité et l'autre, politique et médiatique, pour tromper et mener une propagande mensongère.

Instabilité constructive

Par Walid Charara

« Si vous voulez une idée de ma conception de la politique étrangère, lisez le livre de Nathan Sharansky. Il vous aidera à comprendre beaucoup de décisions qui seront prises ou qui l'ont été. » Outre cette affirmation au Washington Times, le président George Bush a avoué au New York Times que l'ouvrage constitue « l'ADN de sa présidence (1) ». Ecrit par l'ancien dissident soviétique immigré en Israël et un temps ministre de M. Ariel Sharon, The Case for Democracy (2) se présente comme un plaidoyer pour la démocratisation urgente du monde arabe, condition indispensable à la signature d'une paix globale au Proche-Orient et à la sécurité du monde. Pour atteindre cet objectif, les Etats-Unis n'hésiteraient pas à remettre en question le statu quo prévalant au Proche-Orient depuis des décennies, « quels que soient les risques à courir », selon les termes de la secrétaire d'Etat Condoleezza Rice.

Le cancer de la colonisation sioniste en Cisjordanie

Par Mustafa Sabri

La colonie de Qaddoumim, à l'est de Qalqylia, et collée aux villages de Kfar Qaddoum et Jill est devenue un point de rassemblement pour les extrémistes juifs qui ne cessent de parler de la terre du retour, et d'agir en ce sens dans la région. Une faculté religieuse a été construite pour ces extrémistes, qui discerne des diplômes à tous ceux qui sont les fanatiques de la pensée raciste sioniste.

Le terme "colonisation" est-il réservé à la seule construction des colonies ??

38 ans de colonisation en Cisjordanie

par Saed Shuyukhi

Certains peuvent croire que le terme et le concept de "colonisation" signifient tout simplement une maison ici, un immeuble là, ou encore une route par çi par là. La situation est complètement différente, et nous devons comprendre la question de la colonisation de façon précise et détaillée, et comment les sionistes sont en train d'appliquer sur le terrain les concepts et les visées qu'ils ont en tête. Il y a d'abord la question de la terre, qui signifie pour les sionistes l'instauration d'un Etat Juif (vidée de tous les autres habitants) en tenant compte qu'Israël est un Etat qui a été reconnu par les Nations-Unis sans qu'il ait défini ses propres frontières.

« C'est parce qu'Israël détient la bombe atomique qu'il peut pratiquer sans crainte l'apartheid »

Mordechaï Vanunu Entretien exclusif

Silvia Cattori : Quel était votre travail en Israël, avant que des agents du Mossad ne vous kidnappent à Rome, en octobre 1986 ?

Mordechaï Vanunu : Depuis neuf ans, je travaillais au centre de recherches en armements de Dimona, dans la région de Beer Sheva. Juste avant de quitter ce travail, en 1986, j'avais pris des photos à l'intérieur de l'usine, afin de montrer au monde qu'Israël cachait un secret nucléaire. Mon travail, à Dimona, consistait à produire des éléments radioactifs utilisables pour la fabrication de bombes atomiques. Je savais exactement quelles quantités de matières fissiles étaient produites, quels matériaux étaient utilisés et quelles sortes de bombes étaient fabriquées.

32 ans après, Israël revendique l'assassinat de Ghassan Kanafani

"Rim"

Nous le savions, nous le répétions, et nous n'avions pas besoin de la confirmation israélienne pour dénoncer tous les assassinats commis par les services de renseignements sionistes contre les militants palestiniens et arabes, que ce soit à Beirut ou dans les capitales européennes.

Pages

S'abonner à RSS - Opinions