Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Politique

Netanyahou prendra-t-il le risque de révéler l’un des plus vils secrets d’Israël ?

e projet de loi visant à donner un statut constitutionnel à la définition d’Israël en tant qu’État-nation du peuple juif pourrait exposer au grand jour sa nature ethnocratique et non démocratique

Déclaration Balfour, la violence du texte

La lecture occasionnelle du Figaro permet parfois de dénicher quelques perles ! Je cite : “La Déclaration Balfour est l'un des documents diplomatiques les plus importants de l'histoire du Moyen-Orient au XXe siècle : la promesse d'un foyer national juif en Palestine ; le sionisme politique obtient une garantie juridique internationale” (Véronique Laroche-Signorile, 31/10). Voilà qui est fort, très fort même. Faire passer la Déclaration Balfour pour une “garantie juridique internationale” relève carrément de l’exploit conceptuel.

La Palestine cherche à faire arrêter Mohammed Dahlan par Interpol

Le politicien palestinien exilé Mohammed Dahlan et deux de ses associés seront en tête d’une longue liste de fugitifs que l’Autorité palestinienne (AP) demandera à Interpol de poursuivre après être devenue membre de l’organisme policier international plus tôt cette semaine, ont déclaré des responsables de l’AP à Middle East Eye.

Nettoyage ethnique des Rohingyas : Israël exporte à nouveau sa guerre contre les peuples autochtones

l ne devrait pas être surprenant de constater qu’il existe une connexion entre Israël et la violence et les politiques génocidaires actuelles de la junte birmane contre les Rohingyas indigènes.

Le dernier ordre militaire israélien est une nouvelle étape vers l’annexion d’Hébron

Le 31 août, le Commandement central militaire israélien a émis une ordonnance donnant un statut officiel au comité municipal d'Hébron qui représente les colons juifs israéliens vivant dans la ville d'Hébron, en Cisjordanie occupée. [1] Cette démarche a été annoncée par le ministre israélien de la Défense, Avigdor Liberman, le 29 août lors d'une conférence de presse.

Une Autorité palestinienne liberticide

Le groupe de défense des prisonniers palestiniens, Addameer, s’est joint à une opposition publique et croissante à l’Autorité palestinienne (AP) – que l’ONG a qualifiée de « régime toujours plus autoritaire » – pour une nouvelle loi à large application qui criminalise en réalité « toute forme de contestation numérique. »

Abbas accueille une délégation israélienne et menace de continuer à couper les fonds à Gaza

Le président de l'AP, Mahmoud Abbas, a accueilli dimanche une délégation des députés de l'opposition sioniste à la Knesset sioniste dans le siège de l'Autorité palestinienne à Ramallah dans le centre de la Cisjordanie occupée.
La délégation des députés de l’opposition israélienne était présidée par Zehava Galon, qui dirige le parti Meretz.
Lors de la réunion, Abbas a menacé de continuer à couper les financements destinés à la bande de Gaza, dans le cadre de sa guerre contre l'enclave pour faire pression sur le Hamas.

La vie entre « des murs », ce que Liberman prépare pour la Cisjordanie

Les occupants sionistes essaient, par tous les moyens, militaires et autres, de rétrécir l’existence palestinienne, au profit de la propagation sioniste dans les villes et les départements palestiniens de la Cisjordanie et les territoires palestiniens occupés en 1948.

Le ministre de l’armée de l’occupation sioniste Avigdor Liberman prépare un plan pour emprisonner les Palestiniens derrière le mur de séparation discriminatoire, le tiers de la superficie des zones occupés et dans quelques zones du nord et du sud de la Cisjordanie.

A défaut d’un État pour les Palestiniens, Abbas installe un État policier

Alors que les critiques locales et internationales continuent de s’élever contre les mesures prises par l’Autorité palestinienne (AP) basée à Ramallah pour resserrer l’étau sur la liberté d’expression en Cisjordanie occupée, sept journalistes palestiniens emprisonnés par l’AP ont commencé une grève de la faim après avoir été arrêtés en vertu de la loi controversée sur la cybercriminalité approuvée par le président palestinien Mahmoud Abbas le mois dernier.

Des journalistes palestiniens en grève de la faim pour protester contre leur arrestation par l’Autorité palestinienne

Alors que les critiques locales et internationales continuent de s’élever contre les mesures prises par l’Autorité palestinienne (AP) basée à Ramallah pour resserrer l’étau sur la liberté d’expression en Cisjordanie occupée, sept journalistes palestiniens emprisonnés par l’AP ont commencé une grève de la faim après avoir été arrêtés en vertu de la loi controversée sur la cybercriminalité approuvée par le président palestinien Mahmoud Abbas le mois dernier.

Pages

S'abonner à RSS - Politique