Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Politique

Israël a déclaré la guerre aux banques palestiniennes

Quand les efforts de négociations de paix du Secrétaire d’État John Kerry ont trébuché - d’aucuns disent "échoué" - fin avril, Israël a pris des mesures punitives pour sanctionner les Palestiniens qui n’acceptent pas une soumission politique absolue. Concrètement, Israël déclare la guerre à l’économie palestinienne.

L’Autorité de Ramallah doit cesser d’emprisonner et de torturer

Au point le plus bas de la farce du processus de « paix » processus, le président Mahmoud Abbas a signé, le mardi 1er avril 2014, des lettres d’adhésion à 15 traités multilatéraux et conventions (un droit acquis à la suite de l’accès de la Palestine au statut d’État observateur devant l’Assemblée générale des Nations Unies en novembre 2012) en réaction au refus d’Israël de libérer le 29 mars 2014, 30 prisonniers de la période pré-Oslo.

Sous la pression, l'OLP essaie de limiter les dégâts provoqués par l'attaque d'Abbas sur le boycott d'Israël

Ebranlée par les critiques des activistes palestiniens et internationaux, l'Autorité Palestinienne (PA) s'est écartée des commentaires de son dirigeant de factoMahmoud Abbas qui a désavoué le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS). En Afrique du Sud pour la commémoration de Nelson Mandela au début du mois, Abbas a déclaré : "Non, nous ne soutenons pas le boycott d'Israël".

En Afrique du Sud, Mahmoud Abbas s’oppose au boycott d’Israël

Mahmoud Abbas, leader de facto de l’Autorité Palestinienne basée à Ramallah, a prononcé sa déclaration la plus claire s’opposant à la campagne mondiale de Boycott, Désinvestissement, Sanctions contre Israël en solidarité avec le peuple palestinien. Ses commentaires infligent une ferme condamnation des activistes palestiniens et sud-africains.

Israël et les USA sanctionnés par l’UNESCO

Les Etats-Unis et Israël refusaient depuis deux ans de payer leurs cotisations à cette agence des Nations-Unies chargée de la Culture et de l’Education, et ce à titre de représailles terroristes, après l’admission de la Palestine au sein de l’UNESCO en 2011.

En conséquence, la direction de l’UNESCO, constatant ce défaut de paiement, a retiré leur droit de vote aux deux pays fautifs.

Comment se fait-il qu’Uri Avnery en sache si peu sur Israël, ou sur l’apartheid ?

Oui, je sais. Uri Avnery a fait beaucoup en tant que journaliste et activiste de la paix. Il a probablement fait plus et plus longtemps que quiconque pour sensibiliser les gens dans le monde sur la situation épouvantable dans les territoires occupés. Et, en plus de cela, il fête son 90e anniversaire cette semaine. Alors, nos meilleurs souhaits à lui.

Oslo : le jour d’après par Edward Saïd

Cet essai hautement critique et d’une lucidité très actuelle, a été écrit par Edward Saïd à l’automne 1993, dans la foulée des accords dits d’Oslo, et publié dans la London Review of Books datée d’octobre de la même année.

L’UE ne doit pas céder aux pressions US pour qu’elle ferme les yeux sur les droits humains

Appel de 40 associations palestiniennes

 L’UE doit résister à la pression des États-Unis et respecter ses obligations imposées par le droit international ;
 l’UE doit prendre les mesures complémentaires pour qu’il soit mis fin à sa complicité avec l’apartheid, le colonialisme et l’occupation israéliens ;
 le gouvernement néerlandais a démontré que les États peuvent empêcher l’implication d’entreprises dans les projets israéliens illégaux, sur le territoire palestinien occupé (TPO).

Oslo, 20 ans après : il n’y a jamais eu de processus de paix

Intervention de Julien Salingue lors d'un débat organisé le 18 septembre par Mediapart. http://www.dailymotion.com/video/x151oxb_julien-salingue-oslo-20-ans-apres_news#from=embediframe

Pour le Hamas, Abbas n’a aucun mandat pour négocier quoi que ce soit

L’ex-président palestinien Mahmoud Abbas n’a aucun droit de négocier avec Israël au nom du peuple palestinien, a déclaré vendredi la direction du Hamas basée à Gaza, après l’annonce par le secrétaire d’État américain John Kerry, d’une réunion imminente pour des pourparlers.
« Le Hamas rejette l’annonce par Kerry de nouveaux pourparlers et considère le retour de l’Autorité palestinienne à la table des négociations avec les forces occupantes, comme contradictoire avec le consensus national », a déclaré à l’AFP un porte-parole du mouvement Hamas ce vendredi.

Pages

S'abonner à RSS - Politique